Avec Fabian MAGRI, journaliste Vivacité (RTBF).

Fabian MAGRI,

journaliste Vivacité , le réseau des 7 radios locales de Wallonie-RTBF

"Le web : complément nécessaire de la radio pour l’hyper proximité !"

Traditionnellement chaque radio locale  de Belgique francophone réalise sa propre matinale de 6 à 8 heures. Mais depuis le début du confinement, les 7 décrochages habituels (Luxembourg, Liège, Namur, Brabant Wallon, Charleroi, Mons, Bruxelles) ont fusionné. L’unique émission diffusée part donc du siège de la RTBF à Bruxelles, Elle est animée tout de même par Oliver Colle depuis chez lui à Liège. Plusieurs journalistes du réseau l’accompagnent à tour de rôle, dont Fabian Nagri.

La RTBF a décidé pour la protection de ses personnels et pour assurer la continuité du service public au cas où des collaborateurs seraient victimes du virus,  de placer les reporters en télétravail. Nous sommes donc assez peu en studio pour assurer l’antenne, qui est donc commune. Il faut savoir séduire des auditeurs de Tournai à Liège en passant par Namur, Bruxelles et jusqu’à Arlon !

Finalement ils vivent tous les mêmes contraintes de confinement, nous cherchons donc des illustrations «concernantes» pour tous en trouvant des exemples dans chaque région.

  • Vous êtes face à la même problématique que vos confrères de France Bleu, le réseau des radios locales de Radio France, qui sont regroupées à plusieurs stations pour diffuser le même programme …

C’est cela. … Si d’un point de vue sanitaire nos entreprises ont sans doute pris la bonne décision, dès la première semaine on a vite vu les limites de cette façon de travailler : on perd en proximité ! Il y a énormément de petites initiatives hyper locales qui ne concernent parfois qu’un ou 2 quartiers d’une ville et qu’on a bien du mal à valoriser. Le temps d’antenne est forcément réduit pour parler de chaque territoire puisqu’il nous faut en couvrir 7 !

  • Quelle solution alternative ou au moins de complément avez-vous imaginé ?

Prenons l’exemple de cette famille de Liège qui a ressorti les vieilles machines à coudre pour fabriquer des masques. C’est un sujet très proche du public de Vivacité qui n’aurait peut-être pas sa place dans le journal à la radio, Il y en a tellement de cette nature partout en Wallonie.

Du coup,  c’est par le web qu’on s’en sort. Chacun travaille en pensant aussi à la déclinaison de son sujet pour internet. Ces « petites infos »sont donc mises en ligne sur notre site, et diffusées sur les réseaux sociaux.

  • Quelles incidences cette période aura-t-elle par la suite ?

Qui aurait pu imaginer qu’on tiendrait pendant 5 semaines déjà en parlant du même sujet tout le temps, en déclinant  les angles. Ca démontre, ce dont on n’avait pas forcément conscience, que nous avons une force de créativité, et aussi des équipes de reportage très performantes malgré les contraintes actuelles.

Le télétravail quasi généralisé restera sans doute une solution de dépannage que nous aurons su maitriser. Cela dit, rien ne vaut le travail en équipe, une conférence de rédaction à la station …Et puis il faudra retrouver notre ADN, la valeur ajoutée de notre offre par rapport aux concurrents des radios nationales. Quand chaque station pourra reprendre son autonomie, il y aura à nouveau de  la place à l’antenne pour vraiment travailler la proximité.

Coté audiences … Nous autres qui réveillons les gens tôt le matin on a aussi un ressenti qui n’est pas vérifié encore dans les sondages, puisque comme en France, les dernières mesures ont été interrompues au début du confinement. Ce qui est palpable, c’est que les gens se lèvent plus tard ! Pas de trajet en voiture le matin pour conduire les enfants à l’école ou aller au travail, donc plus d’autoradio ! Il reste pourtant d’ordinaire le moyen de toucher à coup sûr les gens … Souhaitons que chacun puisse rapidement retrouver ses habitudes  et que Viva puisse toujours mieux honorer la promesse de son slogan : «ma radio complicité».

rond.gif
BOUTON-copie-ORANGE.gif
QUI.jpg