Avec Hervé RIESEN,  directeur adjoint de FIP.

Hervé RIESEN,

directeur adjoint FIP.

Hervé Riesen, programmateur musical et animateur a construit  l’offre de la radio jeune Couleur 3 en Suisse, avant d'être nommé responsable du pôle de programmation musicale des quatre radios de la Radio Suisse Romande : La 1ère, Couleur 3, Option Musique et World Radio Switzerland . Il a ensuite dirigé le Mouv’ à Radio France. Pendant 7 ans , il a aussi été intervenant à l’université Paris 3- la Sorbonne nouvelle et a animé des cours d'information culturelle dans le cadre du master 2 médiation culturelle, conception et direction de projets culturels.

Il est aujourd’hui Directeur Adjoint de FIP.

"La programmation musicale n’est pas confiée à des robots, surtout en ces temps douloureux, il faut de l’humain !"

  • FIP, l’offre musicale unique proposée par Radio France a-t-elle évolué en ces temps de confinement ?

Depuis un mois maintenant  FIP a joué prioritairement la carte de sa première promesse : l’accompagnement en temps réel qu'il agisse du programme général ou de offres thématiques web. Quelque soit le support FIP est aussi une promesse de diversité et un refuge dans un contexte lourd. La programmation est étudiée au titre par titre pour offrir un bulle de réconfort sans pour autant ignorer le contexte : nous ne vivons pas «en décalage» et le fait que la vie des auditeurs a changé est fortement pris en compte. Nous diffusons des titres plus conviviaux, et nous portons attention aux textes. L’équipe de programmateurs est plus  que jamais une alternative aux algorithmes qui déterminent souvent ce que diffusent les radios, en particulier les «  musicales ». L’approche humaine s'entend et c’est une priorité.

Coté «numérique» nos programmes web qui s’écoutent en streaming ont été renforcés. Mais les replay sont limités par rapport à la majorité des autres médias : Notre grille de flux ne propose que deux rendez-vous qu’il est donc possible de réécouter : «Le club jazz à FIP» à 19h00 et «Certains l’aiment FIP (musique et cinéma) le dimanche soir

Mais il y a aussi les concerts confinés à retrouver en différé même si l’émotion est toujours plus forte quand on les écoute «en live», dans la magie de l’instant.

 

Notre rôle de prescription et de développement artistique demeure également essentiel : Nous étudions tous les reports de concert comme les maintiens de sorties musicales et d’événements : Nous nous devons d'assurer un soutien essentiel aux acteurs de la filière qui soufrent de la situation. Les programmes sont réajustés et actualisés en fonction de leurs besoins et des reports de concert ou de sortie de CD par exemple. Une attention particulière est portée à la scène musicale française, elle représente 30% du programme tout en maintenant notre objectif de plus de 2000 titres différents par semaine. (https://www.fip.fr/chanson-francaise/christophe-est-mort-17821)

dominique-a-par-vincent-delerm-320x320.j

Dans cette période dramatique pour les artistes: FIP est par nature le média partenaire des concerts confinés Home studio(s) Nous rémunérons  les artistes avec un cachet à chaque séquence.

Par exemple le magnifique titre de 9 minutes offert par Sandra Nkaké et un collectif d'artistes (Thomas de Pourquery, JÎ Drù, Anne Paceo, Delgres...) ou une reprise du groupe Marc Seberg par Dominique A…  

Cliquez sur la photo entendre un extrait de l'album de Dominique A

Ou encore le nouveau projet de Camille Baz baz avec la légende jamaïcaine Kiddus. Il y a aussi  nos sessions unkiks exclusives avec des duos tels que Magma/Chassol, YOM / Cabaret contemporain. La rediffusion des clubs « Jazz à FIP » en week-end offre des rencontres  et des sessions live avec la nouvelle scène française (Gregory Privat, Géraldine Laurent, Chlorin free...Et aussi  des légendes comme Henri Texier, Richard Galliano, Sylvain Luc etc.

  • Coté organisation, quelles adaptations ont-elles été mises en place pour assurer la continuité de l'antenne de flux et des webradios ?

Puisque les collaborateurs sont confinés chez eux il a fallu développer rapidement l’accès à distance des outils de programmation, de production et de diffusion : c’est inédit.

Du point de vue managérial, l'enjeu principal a été  de ne pas perdre de temps en restant à l’écoute des collaborateurs tout en veillant à ne pas s’immiscer dans leur vie personnelle: équipements différents, partage de l'ordinateur familial dans un foyer ou plusieurs personnes sont  en télétravail, garde d'enfants et/ou suivi des devoirs à la maison… Il faut rassurer ceux qui ne sont pas équipés pour participer afin qu'ils ne culpabilisent pas et ne sentent à l'écart: La mise en place d'un cadre horaire est intervenue rapidement afin de ne pas enchaîner des journées de quinze heures

Les particularités du télétravail se révèlent : les contacts avec les membres de l’équipe ne sont que « virtuels». Il y a des points fort, comme l’attention renforcée sur sa tâche par rapport aux conditions habituelles de travail à la station. Et des points faibles comme l’absence totale de rencontre évidemment. Cette expérience restera dans les mémoires et sera riche d’enseignements !

  • En imaginant la sortie du confinement, quelles conséquences ... Le mode de consommation des médias évoluera-t-il encore plus rapidement face aux offres de streaming surconsommés par les auditeurs- internautes en ces temps de captivité à la maison ? 

IL est trop tôt pour se risquer à la moindre projection : combien de temps le confinement sera il effectif ?

Le public va t il avoir besoin de plus en plus d'informations ou au contraire de plus souvent se réfugier dans d'autres ambiances ? Tout cela évoluera dans la durée, à chaque jour supplémentaire de confinement. 

Pour la suite, le public aura-t il envie de retrouver ses anciennes pratiques ou de garder ses nouvelles  habitudes d'écoutes et de visionnage ? Sera-t il gourmand de retrouvailles humaines pour finalement consacrer moins de temps à la consommation de médias ? Tout est possible …

TOUTES-NOS-INTERVIEWS.gif
BOUTON-copie-ORANGE.gif
QUI.jpg