Avec  Tanguy BLUM, animateur « Débattle » sur MOUV’ 

la radio «jeune » de Radio France

Tanguy BLUM,,

animateur - Mouv'

« Malgré les difficultés, maintenir l'interactivité... »

  • La mise en place du télétravail vous a contraint à revoir en profondeur le concept de votre émission quotidienne d’interactivité ?

Loin de nos studios de la maison de la radio, impossible de gérer l’afflux d’appels au standard que nous connaissons en situation normale en début de soirée. D’une heure, nous avons donc réduit la session à 15 minutes.

Chaque jour un thème et un invité. Nous, les 3 animateurs de l’émission, sommes les portes parole des auditeurs. Ils nous envoient leurs questions par écrit ou même en message audio (avec lesquels nous réalisons un clip sonore) puisque chaque jour, nous annonçons le sujet du lendemain à l’antenne et sur les réseaux sociaux

  • Le confinement a de fortes incidences sur la vie de tout à chacun, votre ligne éditoriale a-t-elle évolué ?

Mouv’ est une radio de service public. Sa mission est de s’adresser à tous les publics. Nous sommes la chaîne dédiée aux jeunes, nous nous adressons à tous les jeunes. Et évidemment les conditions de vie n’ont rien à voir d’un milieu social à l’autre, ou si vous êtes dans une cité, les beaux quartiers ou en milieu rural !

Violences policiere Mouv pour lien.PNG

Cliquez sur la photo !

Comme depuis toujours nous abordons tous les sujets.

Le rapport à la nature qui pourrait bien changer en sortie de crise, ou les violences policières par exemple qui perdurent dans certains quartiers même en ces temps de confinement.

C’est le type de sujet qui concerne particulièrement la jeunesse, même si ça ne touche pas chacun de la même façon suivant ses origines comme le dénonce le défenseur des droits lui-même.  80 % des moins de 25 ans contrôlés l’ont été «au faciès» et seuls 4 % ont débouchés sur des interpellations. Toujours est-il que c’est aussi l’un des thèmes les plus porteurs du Rap, la musique la plus écoutée par l’ensemble du jeune public français et que nous diffusons très largement à l’antenne.

  • Le public jeune comme toutes les générations durant ce confinement est particulièrement demandeur d’accompagnement, d’évasion et de lien social ?

Nous avons diffusé des marathons de 48 heures réalisés par des DJs !

Ça passe évidemment par les réseaux sociaux via SnapChat, Twitter ou Instagram. Notre communauté interagit en complémentarité avec l’antenne radio. Tout est connecté. Toutes les jeunesses de France et au-delà, via le web dans toute la francophonie se parle !

  • Il y a d’abord eu Radio 7 au début des années 80, la première radio «jeune» de service public. Puis la création de «Le Mouv’» à Toulouse : elle a dès l’origine été pionnière sur le digital…

On a toujours été à fond dessus et par la force des choses, ces temps ci,  c’est encore plus intense, essentiel. Çà reste l’ADN de la station, comme c’est la réalité de vie de notre public. On retiendra de cette séquence la capacité à évoluer, à être souples, encore plus inventifs tous les jours, être réactifs. Tous les services se sont mobilisés, du numérique,  en passant par l’offre éditoriale et la programmation musicale.

La radio reste un média extraordinaire auquel il faut continuer à croire !

rond.gif
BOUTON-copie-ORANGE.gif
QUI.jpg