Avec Vincent RODRIGUEZ, directeur des sports a Radio France.

Vincent RODRIGUEZ,

directeur des sports à Radio France.

« Après le journalisme sportif contraint depuis son salon, il faudra retrouver les terrains, et se réinventer ! »

Nous étions le service des grandes compétions, nos micros et nos valises prêtes pour les Jeux Olympiques de Tokyo, nos motos et voitures étaient préparées pour les routes ensoleillées du Tour de France. Tout était ok aussi pour de l'Euro de foot...

En 24 heures, nous sommes devenus des journalistes de salon ! 

  • Les exigences dues au confinement ont été révélatrices de l’agilité des équipes ?

Les journalistes de sport sont par nature des bidouilleurs, capables de s'adapter très rapidement à des situations complexes pour transmettre l'information dans un stade, au bord d'une route, depuis une moto lors d'une course cycliste ou d'un bateau pendant une course à la voile. Du jour au lendemain, nous nous sommes retrouvés confinés dans nos appartements et avons dû apprendre à pratiquer le journalisme sédentaire: un nouveau métier qui consiste à produire de l'information sportive sans nous déplacer. En quelques heures, nous avons imaginé et mis en œuvre des nouveaux rendez vous d'information, de nouveaux modes de production à distance. 

  • Dans le fond, la crise sanitaire a donc bouleversé la nature de l'information sportive ?

Il a fallu changer complètement nos angles, nos points de vue.

Finis les commentaires live, l'émotion du but en direct, place au reportage à distance ! On a vu naître rapidement un journalisme sportif  "de service" qui nous a conduit a imaginer de nouveaux formats pour nos supports numériques. Nous avons été les premiers à Radio France à lancer des tutos vidéo pour aider les auditeurs à pratiquer une activité sportive dans leur lieu de confinement. (cliquez sur la photo : lien)

Sport-pour-lien-France-Bleu.jpg
  • Il y aura bien une issue un jour et une reprise, même progressive…

  • Qu'en restera t-il après cette crise?

Il y aura un avant et un après.

Nous avons révolutionné en quelques heures nos modes de production.

Dans la forme, le travail des journalistes de sport va évoluer, peut-être nous tournerons nous d'avantage vers des angles sociétaux. 

Mais nous devons surtout retenir le rôle de la radio pendant cette crise, cordon ombilical qui relie l'auditeur au  journaliste ou spécialiste, a celle ou celui qui varépondre a ses interrogations, ses angoisses. Plus que jamais, le média radio a un bel avenir. 

  • Pour boucler la boucle, le 1er grand rendez-vous d’après confinement devrait être … La grande boucle, le Tour de France ?

Le Tour de France se déroule normalement en juillet. Il a été décalé à la fin de l’été, du 29 aout au 20 septembre. Cela change considérablement la donne.

Habituellement le reste de l’actualité se met doucement en sommeil. Il y a de la place sur les antennes qui sont en grille « vacances » et nos chaines y consacrent une très large place avec plusieurs rendez vous par jour, des émissions et des commentaires en direct.

Avec les changements de dates, le tour de France débutera à la fin des grilles d’été, mais surtout il se poursuivra alors que les émissions de la rentrée seront en place. Sauf pour France Info évidemment, il faudra donc imaginer pour France Inter et France Bleu des insertions au cœur d’émissions qui traitent de tout autre chose.  Techniquement ce n’est pas si simple, surtout s’agissant des 44 radios locales.

Le Tour de France sera par ailleurs  le premier événement de portée planétaire dans le contexte de la crise sanitaire. Il y a fort à parier que les habituelles foules, au bord des routes au passage de la course, seront problématiques.

Retrouver le terrain autant que faire se peut, ajuster nos savoir-faire aux circonstances … Se réinventer !

TOUTES-NOS-INTERVIEWS.gif
BOUTON-copie-ORANGE.gif
QUI.jpg