Le texte e-crossmedia stylisé

Écrans : les portables et ordis sont désormais plus forts en audience que la TV selon une enquête publiée hier par Le Figaro. Et puis surtout ... La politique globalement ne séduit plus !

 

Comment les Français occupent-ils leur temps libre ?

Quelle place pour la télé et internet ?

 

C’est la question posée par l’institut Hobby One, réalisée par Vertigo Research, publiée hier par Le Figaro.

60% du temps libre, révèle cette étude, est consacré aux écrans.

7 % du temps dit de "loisirs" est consacré à d'autres activités, comme au shopping (5,5 %) ou à la pratique d’un sport (4,4%).

 

Mais, que faisons-nous de nos « écrans » ?

. D’abord, selon cette étude, nous échangeons sur les réseaux sociaux (15,9%) :

Facebook en première ligne, suivi par Youtube.

. Beaucoup s’adonnent également aux jeux vidéo (9,7%).

 

. Et la télévision ne représente plus que 7% du temps passé sur les écrans !

 

Seules les chaînes d'information ont pris tout de même du poids. C'est évidemment d’ailleurs de façon très récente : elles sont dopées par la guerre en Ukraine.

En revanche les émissions dédiées à la politique et à la campagne électorale sur les "grandes"chaînes n’ont pas fait recette pour cette Présidentielle.

Comparées aux précédentes campagnes les audiences fléchissent …

 

En 2017, TF1 par exemple "Présidentielles, le grand débat" réunissait quasiment 10 millions de personnes.

Cette année l’émission « La France face à la guerre » avec 8 des candidats à l’élection en a séduit la moitié moins.  

 

France 2 avec la dernière grande émission politique de la campagne d’avant 1er tour, « Elysée 2022 » arrive très loin derrière Koh Lanta et même une fiction américaine diffusée par M6 !

 

Expert des médias chez Publicis, Philippe Nouchi souligne qu’il y a un réel désintérêt pour la politique.

Elle n’arrive qu’en cinquième position des thématiques sur lesquelles les Français cherchent à « rester informés », loin derrière l'actualité nationale, locale, sur la santé ou internationale.

 

Laurent Guimier, le directeur de l'information de France Télévisions est plus nuancé :

"Les émissions politiques ont baissé mais la télévision elle-même dans son ensemble a perdu des téléspectateurs en prime time. Le paysage a changé avec les acteurs du numérique.

Malgré cela, il y a toujours une prééminence des grandes chaînes dans le débat"

 

De son coté, pour le groupe TF1, Thierry Thuillier cherche à expliquer l’érosion sur les chaines généralistes autrement :

« Aujourd'hui, ce n'est plus exceptionnel d'avoir des invités politiques.

D'où l'intérêt d'innover dans la proposition éditoriale, le format. On propose des interviews plus courtes, en fin des journaux télévisés pour l'ensemble des candidats.

Ils touchent presque 6 millions de téléspectateurs, ce qui est considérable. On n'a pas à rougir de nos audiences pour les "prime-time" : nous restons leaders sur la politique ».

 

 

 

 

Reste que LE rendez-vous le plus important d’une Présidentielle c’est le fameux débat d’entre 2 tours.

En 2017 il avait rassemblé 16,4 millions de téléspectateurs sur TF1, France 2, LCP-Public Sénat, BFM-TV, CNews, LCI et Franceinfo :

 

 

C’était plutôt moins, déjà, que les taux d'audience enregistrés pour les "débats d’entre 2 tours" précédents.

C’était également moins que les grands évènement sportifs type Coupe du Monde de Foot Ball, mais les chiffres étaient meilleurs tout de même que pour le concert annuel des Enfoirés ou l’élection de Miss France.

 

En tous cas, à en croire la tendance globale, le débat du 20 avril sera sans doute très largement aussi suivi via le web et les réseaux sociaux !

 

e-crossmedia, le 8 avril 2022

 

Logo d'e-crossmedia Pour découvrir nos autres actualités cliquez ici !