Ces articles vous sont présentés par e-crossmedia

Agence d'Information, de formation et de consulting

Numérique Terrestre : plébiscité en TV …  Mort-né en radio ? (le 19-05-2024)

 

2 infos se percutent cette semaine...

En télé...

L’appel d’offre de l’ARCOM pour des canaux de la TNT à renouveler l’an prochain connaît un réel succès.

Au-delà des candidatures de renouvellement des chaînes déjà présentes,

plusieurs nouveaux dossiers comme ceux déposés par L’Express et Ouest-France témoignent de la confiance des opérateurs dans ce mode de diffusion,

qui réalise toujours l’essentiel de l’audience,

même si les boxs de différents opérateurs trônent maintenant dans nombre de salons,

et que par ailleurs, le streaming monte sans cesse en puissance.

 

Sorry its not set :(

 

Des opérateurs majeurs proposent des offres visibles seulement sur le web comme prochaînement

BFM TV 2,

ou d'ores et déjà une large partie du programme Secret Story sur TF1+,

et la chaîne créée par France Télévisions il y a quelques jours pour les Jeux Olympiques de Paris 2024

sur la plateforme france.tv .

 

 

Alors qu’en radio...

Même si le DAB+ poursuit le déploiement de ses émetteurs, plusieurs opérateurs se disent que l’avenir du marché serait plutôt l’IP,

c’est-à-dire la réception par internet,

En d'autres termes,

le numérique terrestre serait donc "mort-né".

 

Sorry its not set :(

 

De nombreux pays ont déjà fait le choix du DAB+ en prévoyant l’extinction de la FM ces prochaines années,

même si les chiffres démontrent partout que l’écoute via le web ne cesse de progresser.

En Suisse par exemple le "Online" représente déjà 34% de l’écoute,

le DAB + 41%

et la FM 25%.

 

Sorry its not set :(

 

Une récente étude de l'association Swiss Private Radios sème le trouble ...

 

Sorry its not set :(

 

Comme l’explique le site "Radio Magazine" ...

"L'étude part du principe que d'ici 2025, il y aura davantage de personnes en Suisse qui écouteront la radio via Internet que via DAB+.

Après cela, la part de la radio numérique terrestre continuera de diminuer.

Selon un scénario pessimiste pour la radiodiffusion, elle aura complètement disparu d'ici 2040

ou, au mieux, que seulement dix pour cent écouteront encore la radio via une antenne en 2040.

Dans le même temps, la part de l’utilisation non linéaire de la radio augmentera considérablement à l’avenir, en particulier parmi les tranches d’âge les plus jeunes.

Parallèlement, la radio linéaire est de moins en moins écoutée.

À partir de 2035, la radio sera davantage utilisée de manière non linéaire,

c'est-à-dire à la demande, que la radio traditionnelle en direct."

 

 

L’un des arguments des défenseurs de la Radio Numérique Terrestre,

c’est que sa réception restera gratuite, et "anonyme",

à partir du moment où les auditeurs se seront équipés du matériel nécessaire évidemment.

Alors que pour écouter par le web, il faut évidemment payer un abonnement internet,

et donc être personnellement identifié par les opérateurs…

Ce qui est de facto d’ores déjà le cas étant donné le nombre d’utilisateurs détenteurs au moins d’un smartphone !

 

Sorry its not set :(

 

Pour certains observateurs justement…

"Là où certains saluent l’anonymat de l’auditeur les "business man" de la FM le dénoncent justement.

L’auditeur qui est-il  ... 

Homme ou femme, jeune ou vieux ? Quand écoute-t-il, d’où, comment consomme-t-il, quels sont ses goûts, ses centres d’intérêt ?

Profiling, ciblage…

C’est ce qui intéresse l’annonceur potentiel et donc les radios qui vivent de la pub."

C’est possible par le web donc, et non par la diffusion hertzienne.

 

Sorry its not set :(

 

A contrario,

cet autre point de de vue,

qui plaide pour le développement du DAB+ :

"Tolérer le passage de la radio sur IP, c'est abandonner sa gratuité, son caractère " service universel".

C'est se tirer une balle dans le pied.

Et surtout faire un choix irréversible à la place des générations à venir."

 

Sorry its not set :(

 

Pour un grand pro de la radio ...

"Tout plaide, y compris les coûts, pour un remplacement de la vieille, mais performante, FM par la RNT.

Mais la France n’y est pas.

Raisonnablement, la diffusion via le web n’est ni bonne, ni sûre.

Mais le public ne s’en rend pas compte et adhère.

Ce qui a tout changé, c’est le smartphone.

Ce qui était vrai à propos d’Internet AVANT le smartphone, n’est plus vrai depuis.

On ne dira jamais assez combien le smartphone, plus qu’Internet seul, a changé les vies.

Et les médias, qui ne sont pas la préoccupation première de l’utilisateur-type du smartphone, en sont dépendants,

tant le smartphone est devenu central dans nos vies.

C’est cela qui explique le décalage entre le raisonnable et la réalité..."

 

Sorry its not set :(

 

"Roland Faure, PDG de Radio France de 1986 à fevrier 89 avait raison avant tout le monde

avec son Club DAB qui était apparu avant Internet !

Mais, comme cela arrive souvent, il avait raison trop tôt ! 
Le numérique en radio aurait marché s’il était apparu en même temps que la TNT ! 
Mais personne ne se souvient que Catherine Tasca, Ministre de la Culture et de la Communication du 27 mars 2000 à mai 2002,

avait interdit au Président de Radio France d'alors, Jean-Marie Cavada,

de parler du numérique en radio en même temps que la Télévision !"


Voilà en tous cas l’un des sujets qui mobilisera les esprits d’ici une quinzaine de jours

à l’occasion de la Fête de la radio.

 

Sorry its not set :(

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 19 mai 2024.

 

Voir l'article

Tiktok interdit en Nouvelle Calédonie dans le contexte qualifié d'insurrectionnel ... Quid des RS , et de la place des médias "traditionnels" ? (le 16-05-2024)

 

Dans le cadre de l'état d'urgence, le réseau social TikTok est interdit en Nouvelle Calédonie pour limiter les contacts entre émeutiers.

Cette interdiction fonctionne opérationnellement sur les téléphones portables dans l'archipel, précise Matignon depuis ce mercredi soir.

"C'est l'Office des postes et télécommunications de Nouvelle-Calédonie qui intervient pour bloquer les accès à l'application".

 

Sorry its not set :(

 

Pour les mêmes raisons, l’idée avait été lancée à la fin de l’été dernier dans l’hexagone au moment des émeutes urbaines qui avaient impliqué de très jeunes gens

mais cela n’avait pas pu être mise en œuvre pour des raisons techniques.

Il y a en métropole de nombreux opérateurs pour internet,

ce n’est pas le cas en Nouvelle Calédonie,

comme l’explique ce jeudi matin sur BFM TV le vice-président du tribunal de Nouméa.

 

 

TikTok est considéré comme un puissant moteur de polarisation de groupe,

très susceptible de conduire à la formation de chambres d'écho.

Cette application est particulièrement appréciée de la génération Z,

ces jeunes gens identifiés par les autorités comme étant parmi les auteurs des actes d’insurrection qui ont déjà causé de nombreuses victimes ces derniers jours

en Nouvelle Calédonie.

 

Selon "Le Monde" ...

"Non seulement des soupçons concernent le caractère addictif de la plate-forme,

mais des critiques portent sur la modération de TikTok.

Des centres de recherche dédiés à l’étude sur les problématiques de désinformation pointent la facilité avec laquelle les utilisateurs peuvent se retrouver confrontés à des informations fausses ou trompeuses."

 

Sorry its not set :(

 

Il y a 9 mois dans l'hexagone, au moment des émeutes urbaines la question avait déjà été posée :

Les appels aux manifestations et aux dégradations étaient relayés et même dynamisés en masse sur les réseaux sociaux:

TikTok, Snapchat et consorts étaient déjà dans le collimateur du gouvernement, qui dénoncait "une forme de mimétisme de la violence"

et demandait aux plateformes "d'organiser le retrait des contenus les plus sensibles".

 

Sorry its not set :(

 

Au-delà de la Nouvelle Calédonie,

l’application TikTok est ciblée de par le monde pour plusieurs raisons.

Selon un sondage, 40 % des Américains de 13 à 16 ans l’utilisent autant que Facebook et X -Twitter-,

mais moins que Snapchat (68 %), Instagram (79 %), et YouTube utilisée par presque tous.

 

Sorry its not set :(

 

Les Etats Unis pensent même à l’interdire, parce que c’est une application  mis en ligne par la Chine,

et qu’il y a de réels soupçons d’ingérence du régime de Pékin.

Au-delà de ses fonctionnalités prisées par les jeunes gens de contenus vidéos en format court,

le logiciel et ses algorithmes permettraient la collecte de données personnelles.

Le décryptage de TV5 Monde :

 

 

Cette mesure d’interdiction en Nouvelle Calédonie intervient également sur fond de crainte d’ingérences et de désinformation sur les réseaux sociaux.

Le tout venant de pays étrangers, comme la Chine ou l’Azerbaïdjan,

comme le dit le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin sur France :

"Ces nations cherchent à attiser les tensions.

L’Azerbaïdjan, ce n’est pas un fantasme, c’est une réalité".

Tout en regrettant "qu’une partie des indépendantistes aient fait un deal" avec ce pays.

 

Sorry its not set :(

 

A 17 000 kilomètres de Paris,

cet archipel de 270 000 habitants réfléchit de longue date sur le professionalisme des médias au niveau local.

Comme le montre cette vidéo de NC La 1ère de 2015,

à l'occasion du 1er débat des "Essentiels du congrès" :

" Quels médias pour demain ? " ...

Avec, à l'époque, Walles Kotra, calédonien et journaliste emblématique,

directeur régional pour FTV en Nouvelle Calédonie.

Ensuite, avant de quitter France Télévisions, il a même dirigé l'ensemble du Pôle des Outremers 1ères.

 

Sorry its not set :(

 

En 88, Walles Kotra était aux premières loges au moment de la prise d'otages des gendarmes dans la grotte d'Ouvéa,

avant donc les accords de Matignon gérés par Michel Rocard. 

A regarder avec intérêt ,

attention...

Pépite !

 

 

Crise économique avec la chute du cours du nickel,

crise politique avec la question du panel électoral,

et surtout, crise générationnelle également ...

Avec de jeunes kanaks de plus en plus minoritaires sur leur archipel.

Le terme de "kanak" vient de l'hawaïen kanaka signifiant "homme", "être humain" ou "homme libre"

et est issu du mot proto-polynésien taŋata, même si les langues autochtones n'utilisent pas cette racine.

Leur niveau de vie est en moyenne 3 fois inférieur à leurs compatriotes de l'hexagone ...

 

Sorry its not set :(

 

"Aux armes citoyens" dit l'hymne national ...

Aujourd'hui, pour beaucoup, ca s'appelle réseau et non pas "média", social .

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 16 mai 2024.

 

 

Voir l'article

Levée de bouclier des médias privés contre le gouvernement qui souhaite autoriser + de pub sur l'audiovisuel public. (le 14-05-2024)

 

Il faut permettre à l’audiovisuel public de diffuser + de pub !

Voilà ce que souhaite le gouvernement, dans le cadre de la proposition de loi pour la réforme qui vise à fusionner France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’INA

dès janvier 2026.

Dès ce mardi soir à l'Assemblée Nationale, le principe de la fusion a été adopté par 30 voix contre 18, dans le cadre de l'examen en première lecture.

L'ensemble du texte sera débattu à l’Assemblée nationale les 23 et 24 mai 2024,

et passera en deuxième lecture au Sénat ensuite vers la mi-juin.

 

S'agissant de la pub ...

 

Sorry its not set :(

 

Alors que la manne publicitaire diminue pour les médias traditionnels,

puisque les annonceurs choisissent de reporter leurs campagnes sur le numérique,

les radios du secteur privé s’indignent de cette proposition.

Elle permettrait en effet à Radio France et à France Télévisions de diffuser plus de messages commerciaux,

autant de budgets qui n’iraient pas aux stations du groupe M6, Lagardère-Vivendi, NRJ, Altice

ou encore entre autres au groupement des Indéradios.

Actuellement en effet, les contrats d’objectifs et de moyens permettent aux entreprises publiques -Radio France et France Télévisions- d’engranger 42 millions d’euros par an par la pub,

en plus de leurs budgets alloués par l’état :

4, 025 milliards d’euros.

Certaines chaînes ne doivent pas dépasser une durée maximale pour leurs écrans, d’autres n’y ont pas accès,

et surtout la publicité, et non pas le parrainage, est bannie à la télévision après 20 heures.

 

Si l’amendement gouvernemental est retenu au terme du débat législatif sur la nouvelle loi dite "réforme de l’audiovisuel public et de la souveraineté audiovisuelle",

cela ouvrirait à nouveau le service public de la TV aux pubs après 20 heures,

la plage horaire qui est jusqu'à présent "réservée" au secteur privé.

 

Sorry its not set :(

 

Décidément l’ensemble de cette réforme est éminemment politique,

et comme le rapportent plusieurs journaux, les parlementaires chargés eux-même de porter le projet, ne sont pas sur la même longueur d’onde !

Quentin Bataillon, député de Renaissance et membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, est favorable à l’élargissement de la pub.

Pour lui, " il est difficile de porter la limitation des recettes publicitaires de l'audiovisuel public et en même temps son indépendance".

En revanche, le sénateur Laurent Lafon (Union centriste), président de la commission de la Culture, de l'Éducation et de la Communication du Sénat, s’exprime contre.

Il souhaite préserver une distinction claire entre financement public et recettes commerciales :

"Les recettes publicitaires de RF et FTV ne doivent pas augmenter.

C’est une ligne rouge à ne pas franchir".

 

Sorry its not set :(

 

Les grands dirigeants de radios privées dénoncent déjà une mesure qui entérinerait définitivement une concurrence déloyale.

Pour le groupe M6 (RTL, RTL2, Fun Radio), Altice Media (BFM Business, RMC), NRJ et Lagardère-Vivendi (Europe 1, Europe 2, RFM), ce serait un énième cadeau fait au service public.

"Ils ont perdu la tête au gouvernement !

Au lieu de demander aux dirigeants de l’audiovisuel public de se serrer la ceinture, ils vont piller nos recettes"

dit au Point un patron du privé qui souhaite pour autant rester anonyme.

Pour lui ... "C’est du grand n’importe quoi !"

 

Sorry its not set :(

 

Pour David Larramendy, le Président du directoire du groupe M6 …

"Le budget des 7 stations de Radio France équivaut à celui de l'ensemble des autres radios privées.

Il y a donc un déséquilibre dans la concurrence."

 

Au fond cette réforme du regroupement des entreprises de l’audiovisuel public pose déjà de nombreuses questions,

et en premier lieu au plan éditorial : pour quoi faire ?

 

Sorry its not set :(

 

S’ajoute donc la forme, c’est-à-dire son financement …

A moins que la forme soit précisément la question de fond !

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 14 mai 2024.

 

 

Voir l'article

Retour vers le futur. Comment habiller les chaînes de radios et TV publiques appelées à nouveau à démontrer leur force par l'union ? (le 13-05-2024)

 

Il y a 50 ans,

dès le début de son septennat

et donc avant de partir lui même.

Valéry Giscard d’Estaing décidait l’éclatement de l’ORTF :

 

 

Au moment où est débattue à l’Assemblée Nationale la proposition de loi d’un regroupement, à nouveau, des entreprises de l’audiovisuel public,

retour sur les identités visuelles et les habillages des chaînes de radio et de télévision,

depuis l’éclatement en 7 sociétés .

 

Sorry its not set :(

 

 

Le 6 janvier 75, c’est la "bascule".

Mémoire sonore, à minuit donc, de l’antenne de la généraliste nationale

qui devient "France Inter".

Attention : pépite !

 

 

La radio publique a toujours su être inventive…

En créant au tout début des années 80 la première radio destinée au jeune public,

quelques années avant la libération de la bande FM,

avec Radio 7.

 

 

Au delà des 3 chaînes nationales,

la radio en région est alors toujours gérée par

"France Région 3".

 

Sorry its not set :(

 

Alors en parallèle, dès le début des années 80,

et avant d'hériter des implantations historiques de la 3,

Radio France réinvente le concept de proximité,

avec 3 formats expérimentaux :

au service d'une agglomération, depuis Melun aux portes de Paris,

d'une région, depuis Lille sur le Nord-Pas de Calais ,

et à l’échelle départementale, en Mayenne à Laval.

Comme le raconte France 3,

pour les 40 ans de la station.

 

 

De son côté la télévision régionale évolue également …

A 4 minutes de cette vidéo,

Jacques Chancel affirme :

"Toutes les télévisions vont au bout du monde,

la 3 va au bout de la rue ! "

 

 

Les 9 stations d'outremers,

alors gérées par une entreprise indépendante,

issue de l'éclatement de l'ORTF,

avant d'intégrer la holding FTV

ne sont pas en reste !

 

 

Comme dans l'héxagone,

les habillages évoluent sur les 1ères en valorisant le numérique.

Elles sont pionnières ...

Marque unique : Radio-TV-Internet :

 

 

Au fil des ans,

les formats et les identités visuelles et sonores s’adaptent à leur époque.

En 2000 le réseau des Radios Locales de Radio France devient France Bleu.

L’habillage sonore de la chaîne est même récemment confié à une star de la chanson française bien en phase avec la cible :

 

https://youtube.com/shorts/LbWxXmhulMY?si=L9aEfs8wdbbZZdwD

 

Première en Europe,

Radio France dès 1986 invente le concept d’info continue,

bien avant que la marque soit associée à une chaîne de télévision ...

 

 

5 ans après la déclinaison en télévision de "franceinfo:" sur le canal 27 de la TNT,

la composition du nouvel habillage est confiée à

Jean-Michel Jarre.

 

 

Précurseur de la révolution annoncée,

la marque ICI déjà portée par une appli dédiée à l’action régionale et produite par France 3 et France Bleu est d’ores et déjà déclinée à l’antenne.

Visuellement le matin pour les matinales de radios locales déjà co-diffusées en télévision,

mais avec l'habillage de France Bleu,

et à la mi-journée comme en début de soirée sur le petit écran,

mais toujours avec la boucle sonore de France 3...

 

 

Qu’en sera-t-il de l’habillage qui, un jour ...

sera commun aux différents canaux de diffusion pour l’action régionale ?

Un habillage "ICI" sera sans doute décliné tant en audio qu'en vidéo sur tous les canaux !

 

Sorry its not set :(

 

France Télévisions qui a en charge le déploiement du projet de "rapprochement"

a d’ores et déjà été récompensée en la matière, pour son savoir faire !

 

 

Le "rapprochement" des chaines publiques inspire en tous cas déjà des créateurs d'univers audio et vidéo sur le web ...

Comme ce projet mis en ligne par Studiofalvidéo :

 

 

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 13 mai 2024.

 

Voir l'article

Réforme de l'Audiovisuel public proposition de loi à l'assemblée, et grèves en vue ! (le 12-05-2024)

 

Au menu du service public de l’audiovisuel mardi et mercredi

et la semaine suivante ...

La loi sur son avenir,

à l’Assemblée Nationale,

et des préavis de grève sur les antennes …

Nombre de salariés ne sont pas dans leur assiette !  

Pour beaucoup le plat est réchauffé,

et la sauce de fusion qui mitonne est par trop aigre douce …

 

Sorry its not set :(

 

Pour les auteurs du texte,

d’abord des sénateurs,

puis ajusté par des députés avant son arrivée ce mardi au Palais Bourbon  …

C’est le projet déjà porté par l’ancien ministre de la Culture Franck Riester en 2019 !

Les sénateurs assument d'ailleurs la filiation puisqu’ils reprennent le nom "France Médias",

Le dossier s’était évanoui l’année suivante du fait de la crise covid.

 

Sorry its not set :(

 

"La nécessité de faire converger les structures est à peu près partagée par tous",

affirme aujourd'hui le sénateur Laurent Lafon.

 

Sorry its not set :(

 

S'agissant de l'action régionale,

qui représente le plus grand nombre des salariés

de FTV et RF,

un ex-dirigeant de l'audiovisuel public fait part de sa réflexion

à e-crossmedia :

"Un Sénateur d’Ile-de-France (Val de Marne) né à…St Germain en Laye.
Que sait-il de la proximité et des provinces françaises ?

Rien de bon n’est à attendre de ce maelström. 
Sauf, aux yeux de certains…des économies !  "

 

Sorry its not set :(

 

Pour les parlementaires porteurs du projet …

Cette réforme de l'audiovisuel public doit permettre de proposer une offre plus riche,

mieux mise en avant sur tous les canaux de diffusion

pour qu'elle puisse s'adresser à tous les Français".

 

2 étapes  sont prévues …

"Au 1er janvier 2025, la création au 1er janvier 2025 d'une société holding à la tête d'un groupe réunissant France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (RFI, France 24) et INA".

Un an plus tard ces entreprises,

aujourd’hui indépendantes et donc devenues filiales d'ici là,

doivent être fusionnées au sein d’une nouvelle société qui regroupera l’ensemble :

"France Médias".

Son Président sera désigné pour 5 ans par l’Arcom,

"aux termes d'une procédure transparente, ouverte, effective et non discriminatoire",

précise un autre amendement gouvernemental.

 

Sorry its not set :(

 

"L'audiovisuel public n’est pas un "malade imaginaire"

dit de son côté la pédégère de RadioFrance,

opposée à la fusion. 

"Il se porte bien, gagne du public, innove et est bien géré.

Le vrai problème, c'est le poids des Gafa et ce qui se passe sur les réseaux sociaux"

affirme Sybile Veil,

 

Sorry its not set :(

 

Le dossier, qui est en projet depuis le 1er mandat d’Emmanuel Macron, est bien sur éminemment politique,

à plus d'un titre.

Comme le rapporte La Tribune,

"les syndicats de la maison ronde dénoncent une campagne de dénigrement et de calomnies

orchestrée par des partis politiques, organisations ou personnalités franchement hostiles au service public de la radio". 

 

Une cadre également de Radio France ajoute auprès de l'AFP :

"On est censé parler de l'avenir du service public,

mais le débat risque d'être "ils sont trop de gauche" ou "trop de droite".

 

Rachida Dati, la ministre de la culture, précise quant-à-elle de manière plus sibylline,

qu’il faudrait "que le service public soit d’avantage le reflet de la diversité des opinions des Français" .

 

Elle entend en tous cas aller vite,

comme elle l’a précisé il y a un mois au Palais du Luxembourg.

 

 

Un préavis de grève est déposé pour les 23 et 24 mai.

Le leader de la CFDT à Radio France explique à l’Obs

"L’argument du gain de puissance par un regroupement n’a aucun sens pour Radio France",.

À l’heure où perce la désinformation dans l’espace public avec la multiplication des fake news et autres deepfakes…,

"est-ce vraiment le moment de déstabiliser nos entreprises publiques d’information ?

Parce qu’il est certain que d’entreprendre un regroupement va nous déstabiliser ",

estime Renaud Dalmar.

 

Sorry its not set :(

 

"On a tout à perdre dans la future configuration.

In fine, l’activité radio va devenir une activité parmi d’autres, voire moins importante.

Et ce, alors même que France Inter et France Culture atteignent des scores d’audience historiques dans notre pays".

 

Dès son premier mandat à l’Elysée,

le Président Macron avait annoncé son intention de réformer le service public de l’audiovisuel,

comme les autres services publics.

Il l’avait dit sur France 2 …

 

 

D’autres propos du Président à l'époque, rapportés par l’Express, étaient plus radicaux ….

"Le service public de l’audiovisuel,

c’est une honte pour nos concitoyens,

c’est une honte en termes de gouvernance,

c’est une honte en ce que j’ai pu voir ces dernières semaines de l’attitude des dirigeants."

disait-il en 2017.

"Parce que c’est très cher, pour une absence de réforme complète depuis que l’entreprise unique (à France Télévisions) existe ;

pour une synergie quasi inexistante entre les différents piliers des entreprises publiques ;

pour une production de contenus de qualité variable."

Pour lui, à l’époque, les programmes étaient  ...

"trop chers, destinés aux gens les mieux éduqués, les mieux informés, les mieux protégés.

Ceux qui les regardent ont plus de 65 ans".

 

Sorry its not set :(

 

"Il est temps de mettre fin à une exception française.

L’idée n’est pas de réduire,

mais de regrouper pour mutualiser les moyens et avoir une réserve de compétences",

disait pour sa part au Parisien en 2022 le sénateur LR Jean-Raymond Hugonet.

 

Comme le souligne Télérama,

"50 ans après la fin de l'ORTF,

un nouveau rassemblement des médias " ...

 

 

Au-delà des considérations budgétaires et d’optimisation des moyens,

le projet qui fera l’actualité des médias d'ici quelques jours sera-t-il en effet axé sur le fond, l’éditorial ?

Réformer,

pour quoi faire ?

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 12 mai 2024.

 

Voir l'article

Mbappé ... Artiste pour sa com comme pour ses dribbles. Sans la presse, il officialise lui même sur ses RS son départ du PSG ! (le 11-05-2024)

 

13,5 millions de comptes X suivent Mbappé …

C’est donc sur ses réseaux sociaux que le prodige a choisi ce vendredi soir de s’adresser directement

au public ...

 

 

Pas besoin de média pour la star qui pendant 7 ans a permis au PSG de retrouver ses lettres de noblesse,

sans malheureusement accéder à la finale de la Ligue des Champions.

MBappé n’a en réalité plus besoin de radio, télé ou presse écrite .

"Son cercle et lui contrôlent tout,

distillant au mieux quelques off à quelques relais médiatiques" raconte le site de l’INA.

"Il se raconte bien et aurait breveté à l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) à peu près tout ce qui le concerne.

Son prénom, ses phrases fétiches, ses célébrations de but."

 

Sorry its not set :(

 

https://kylianmbappe.com/

 

Pour Jean-Baptiste Guégan,

co-auteur de "La République du foot" :

"Il prépare déjà son après-carrière et c’est une certitude.

 

Sorry its not set :(

 

 

"Il ne se ferme aucune porte.

Ni dans le business, ni en politique".

 

 

Publicité ,

Shorts sur tous les réseaux,

et même BD ...

Au-delà le buteur droitier sait viser juste pour cibler son public !

 

Sorry its not set :(

 

Un conseiller en com, dans une tribune pour Le Monde, compare sa stratégie médiatique à celle d’un patron de la Silicon Valley.

"Face à un micro, sa voix nasillarde ne bégaie jamais.

Les questions glissent sur lui.

Il répond à tout,

parle couramment l’anglais et l’espagnol,

fabrique lui-même les suspens pour prolonger les feuilletons quant à ses choix de carrière".

 

Sorry its not set :(

 

Mbappé n’aura accordé que peu d’interviews exclusives,

comme celle décrochée en janvier dernier par France 2 …

 

 

Kylian Mbappé est la personnalité française la plus recherchée sur Google en 2023,

toutes catégories confondues, il compte 50 millions d'abonnés de plus que son propre club.

Le grand jeu sur les réseaux sociaux aujourd’hui c’est le montage de la photo de Kilian, en l’affublant de tous les maillots d’équipe imaginables !

Réellement, cela fait sourire évidemment du coté de Madrid …

 

 

Laurent-David Samama, membre de l'Observatoire du sport de la Fondation Jean-Jaurès

résume le phénomène en cette formule sur franceinfo :

"L'avis des fins observateurs, amateurs du foot de longue date, qui aiment le jeu, compte un peu moins",

pointant la prise de pouvoir des réseaux sociaux et la disparition d'une "presse spécialisée forte" qui pouvait "faire la pluie et le beau temps".

Désormais capable d'émettre des commentaires sans passer par le biais d'un média, le public "ne veut plus du tout de la posture du critique".

"L'époque est très manichéenne et les gens prennent la communication pour argent comptant".

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 11 mai 2024.

 

 

Voir l'article

Symphonique et Dancefloor … Parade, l’hymne de Paris 2024 présenté hier soir à Marseille va enflammer nos oreilles ! (le 09-05-2024)

 

Juliette Armanet, Philippe Katherine, Iliona, Eddy de Pretto, Bernard Lavilliers, Justice,

Metronomy, Chilly Gonzales,

Starmania …

Victor Le Masne, le compositeur de la musique qui retentira tout le long des Jeux Olympiques et Paralympiques,

est assez peu connu du grand public,

Il collabore pourtant régulièrement aux plus grands succès des artistes du moment .

 

 

Pianiste et percussionniste français

mais aussi arrangeur,

il s’est retrouvé à 40 ans  

dans l'aventure olympique par le biais de Thomas Jolly, le directeur artistique des cérémonies des JO,

avec lequel il a travaillé sur l'opéra-rock "Starmania",

en modernisant la partition de Michel Berger.

Au journal Le Monde, il explique :

« Ce qui m’intéresse, c’est de trouver la note juste,

de m’asseoir au piano, de chercher des accords et une mélodie qui va avec, cette note juste,

elle l’est pour tout le monde. »

 

Sorry its not set :(

 

Pour Didier Varod, Directeur musical des antennes de Radio France :

Victor Le Masne a "cette capacité à être dans un stylisme musical de haute couture

et, en même temps, à faire en sorte que cette haute couture puisse être facilement du prêt-à-porter.

C'est un talent phénoménal"

 

Sorry its not set :(

 

Le Masne confiait il y a quelques jours à l’AFP :

"Il y a mille choses à dire ...

"la puissance, la fièvre",

"la liesse des spectateurs",

"la tension, le stress avant de rentrer dans le stade",

"le moment de célébration, parfois aussi le désarroi".

 

Le thème démarre par un air léger, pop, avec violons, puis monte en puissance avec orchestre symphonique,

passe au registre épique avec des choeurs,

pour devenir une boucle électro typique de la French Touch,

avec une coloration festive.

 

 

L’ensemble a été enregistré dans le plus grand secret, sur trois jours, début mars,

au Studio 104 de la Maison de la radio et de la Musique. 

L’alliance des formations musicales de Radio France avec Paris 2024 s’inscrit dans la continuité de la cérémonie de passation entre Tokyo 2020 et Paris 2024,

pour laquelle l'Orchestre National de France avait joué une brillante réorchestration de la Marseillaise par Victor le Masne.

 

 

 

 

"Parade" sera diffusé, lors des cérémonies ou pendant les compétitions.

Il interviendra donc en complément de l'hymne olympique,

composé pour les premiers Jeux modernes.

Ici interpreté par l'Harmonie de Grenoble :

 

 

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 9 mai 2024.

 

 

Voir l'article

JO Paris 2024 : Allumez le feu ! Une mobilisation, unique, des médias. (le 07-05-2024)

 

Sorry its not set :(

 

26 000 accrédités,

et même 8000 supplémentaires accueillis hors sites de compétition,

pour les Jeux !

 

Sorry its not set :(

 

Web, Radio, TV, Presse écrite  …

Bien avant le 26 juillet prochain,

dès ce mercredi 8 mai d’ailleurs,

les journalistes et leurs techniciens en pointe avec les nouvelles technologies sont présents,

mobilisés pour faire vivre les Jeux de Paris 2024 …

Ils seront pour l’essentiel moblisés cet été sur les sites de Paris et en Ile de France,

mais également aussi en région pour toutes les compétitions qui y seront disputées,

de Teahupo’o en Polynésie, à Lille, Bordeaux, Nice, Saint Etienne, Lyon, Nantes

et bien sur Marseille !

 

Sorry its not set :(

 

Le coup d’envoi des festivités mobilisera d’ailleurs les foules

dès ce mercredi sur le vieux port avec l’arrivée de la flamme à bord du Belem,

la flamme partie d’Olympie comme sont venus de Phocée les fondateurs de Marseille.

Né aux chantiers Dubigeon de Nantes, en 1896, à la fin de la grande époque de la marine marchande à voile,

le 3 mats fête cette année ses 128 ans, tout comme les jeux olympiques modernes.

 

Sorry its not set :(

 

Après des semaines d'avant-sujets et de magazines sous forme de teasing,

l'autre vraie compétition, celle des médias, est lancée dès maintenant.

 

Sorry its not set :(

 

Tous sont sur le pont ,

ou plutot sur le ponton

ce mercredi avec des émissions "spéciales",

qui à force de se multiplier au fil des semaines apparaîtront finalement bien "normales" pour les consommateurs des médias !

 

 

Après les commémorations du 79e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945,

France Télévisions, diffuseur officiel des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024,

proposera tout au long de la journée ce mercredi un dispositif exceptionnel sur ses chaînes traditionnelles,

en streaming

et sur les réseaux sociaux.

 

Sorry its not set :(

 

Mais surtout ...
FTV lancera du même coup une chaîne numérique "france.tv PARIS 2024",

qui suivra, avant les Jeux, tout le parcours de la flamme à travers les territoires,

dans l’hexagone comme aux Antilles,

jusqu’à son arrivée à Paris le 14 juillet.

 

Pour accueillir dans la capitale les journalistes du monde entier.

 

Sorry its not set :(

 

Le comité olympique installera son Centre principal de la presse

sur trois niveaux et 22 000 m2 au Palais des Congrès de la porte Maillot à compter du 9 juillet.  

La Ville ouvrira également son "Paris Media Center", dans le Marais, au Carreau du Temple.

 

Sorry its not set :(

 

Pour l’hébergement des pros de l’info …  

Un véritable quartier de ville a été créé à Dugny, en Seine-Saint-Denis.

Ce Village des Médias prend la forme d’une cité-jardin moderne.

Il sera légué en héritage aux habitants après les Jeux.

Il est situé au plus près des athlètes

à proximité du Stade de France, du Centre Aquatique, de l’Arena Paris Nord, du terrain d’escalade du Bourget, ou encore de tous les sites situés dans Paris,

à quelques dizaines de minutes de transports en commun.

 

Médaille d'or des publis sur le web ces derniers jours,

un montage photo qui prétend que les parisiens vont fuir Paris durant les Jeux Olympiques et Paralympiques.

 

Sorry its not set :(

 

Des millions de spectateurs du monde entier en tous cas seront face à leurs écrans

et vibreront au son des radios .

Des centaines de milliers de personnes sont d'ores et déjà attendues à Marseille, ce mercredi,

pour allumer le feu !

Le Belem sera a quai à 19 heures.

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 7 mai 2024

.

Voir l'article

Pivot de la vie littéraire française, Bernard s'en est allé... L'hommage de Philippe Claudel, écrivain-réalisateur, de l'Académie Goncourt. (le 06-05-2024)

 

"Tu as inventé

l’écrivain médiatique ! ".

Voilà ce que disait à Bernard Pivot Philippe Claudel,

il y a quelques jours encore !

Ils parlaient de foot-ball, l’une des passions du journaliste, qui regardait une dizaine de matchs chaque semaine.

Fans de vers, mais aussi des verts, il était fervent supporter de l'AS Saint Etienne.

Ils échangeaient aussi sur les bons vins et la bonne chair …

 

Sorry its not set :(

 

Dès la parution de son premier roman "Meuse l’oubli",

le professeur meurthe et mosellan est accueilli en 1999 sur le plateau d’Apostrophe.

Sa carrière est lancée,

et il décroche le Renaudot.

Puis avec les succès suivants comme celui des "Ames grises", au livre comme au cinéma

et son entrée à l’académie Goncourt,

leurs liens se sont toujours renforcés…

 

Poularde, brochet, avec les vins fins aux parfaites alliances …

Le lyonnais Bernard Pivot , au-delà des bons mots, restera comme un fin palais, gourmand, curieux.

Enfant de la capitale des Gaules,

sa prononciation des "E" est moquée à l’école de journalisme quand il entre en amour avec la profession.

 

 

Pour Philippe Claudel …

"Notre complicité s’est construite en dehors du plateau de télévision, 

quand je me suis retrouvé bien après à la table du Goncourt à ses côtés .  

Pivot avait l’ADN du journalisme en lui. Il était à l’écoute du monde.

Avant une émission, on ne se voyait pas.

Il arrivait sur le plateau après avoir travaillé sur les ouvrages avec la complicité de sa collaboratrice Anne Marie Bourgnon.

L’enregistrement avait lieu.

S’en suivait un petit pot, très court avec les différents intervenants,

et puis il partait.

 

Sorry its not set :(

 

Pour Pivot, la médiocrité figurait parmi les défauts ultimes,

selon tous les écrivains, les artistes, ou professionnels des médias qui ont eu le bonheur de travailler à ses côtés.

Comme Fabrice Lucchini ...

 

 

50 ans d’une vie consacrée à la lecture :

724 numéros d’Apostrophe,

puis des centaines de Bouillon de culture …

Bernard Pivot est le témoin et le transmetteur de la pensée en France.

Comme en témoigne ce sujet de France 3 Normandie.

 

 

Prescripteur comme personne,

il aura dicté d’une certaine façon l’évolution des goûts littéraires,

l’influence de ses interventions hebdomadaires sur le petit écran restera inégalé.

 

Sorry its not set :(

 

Philippe Claudel :

"C’est lui qui a fait, médiatiquement, Modiano !

D’ailleurs il l'a fait venir en Suède quand il a reçu le Nobel de Littérature,

pour "l'art de mémoire avec lequel il a raconté les destinées humaines les plus insaisissables et levé le voile sur le monde de l'Occupation".

 

Pivot est aussi largement à l’origine du phénomène Jean d’Ormesson ! …

Parmi les émissions d’anthologie qui marquent à jamais l’histoire de la télévision,

reste ce moment, justement, ou Bernard Pivot interroge d’Ormesson sur le temps qui passe et le questionnement quant à la mort .

 

 

En 1985, il avait créé les championnats de France d’orthographe,

autrement dit les"Dicos d’or"

ou plus simplement la dictée de Bernard Pivot.

Comme içi, la finale, en 1989.

Comme le rapelle Libération ...

Selon les chiffres donnés dans l’ouvrage "Les dictées de Bernard Pivot : l’intégrale", publié en 2004 par Albin Michel

et rassemblant tous les textes des championnats d’orthographe ...

Près de trois millions de téléspectateurs suivaient ce rendez-vous,

chaque année !

 

 

Et en 2017, lors d’une interview avec Le Figaro

Bernard Pivot avait expliqué ce qui l’attirait dans le réseau social Twitter :

"C’est à la fois l’exercice mental et l’exercice de style.

C’est-à-dire arriver à résumer une pensée, un souvenir, un fait, un sentiment en 140 signes.

Ce qui suppose donc de faire un effort pour exprimer de la manière la plus claire, et si possible avec humour, ce que l’on veut dire."

 

Sorry its not set :(

 

Arbitre de football ou instituteur, "médiateur type",

voilà comment les Guignols à la grande époque de Canal + avaient construit sa marionette .

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 6 mai 2024.

 

 

 

.

Voir l'article

Amitié ou Fraternité ? A un mois du scrutin européen, le 200 ème anniversaire de la création de l'hymne de l'Union, l'Ode à la joie de la 9 eme symphonie de Beethoven, sera célébré ce mardi par nombre de médias. (le 04-05-2024)

 

 

Compositeur aux mille et une voix dans la tête,

mais seul dans son monde,

Ludwig van Beethoven arrive en retard au théâtre de Vienne,

ce soir du 7 mai 1824.

Il vient offrir au public sa dernière création,

sa neuvième symphonie,

pour choeur et orchestre.

Totalement sourd depuis des années, il dirige plusieurs centaines de musiciens, 

mais ne peut pas entendre à la fin du concert l’enthousiasme des mélomanes,

qui perdure,

200 ans plus tard.

Au-delà de la dimension monumentale de l’ensemble,

c’est la ritournelle sur laquelle est construit le dernier mouvement qui s’installe dès ce soir-là, pour toujours et universellement dans les mémoires :  

5 notes seulement …

 

Sorry its not set :(

 

Nombre de médias y dédiront ce mardi des heures d’antenne

tant à la radio qu’à la télévision

car cette formule musicale est à l’image de celle du Boléro de Ravel,

l’un des airs les plus populaires au monde.

 

Sorry its not set :(

 

Journée spéciale ce mardi sur France Musique, radio publique,

avec d’émission en  émission,

de la matinale au concert du soir en direct d’Allemagne, une déclinaison de thèmes.

De 19 à 22 heures, en direct de la salle de concerts de Wuppertal,

le chef autrichien Martin Haselböck dirige un programme tel qu’il a été proposé aux Viennois il y a pile 200 ans,

le soir de la création de la Symphonie n°9 de Beethoven.
Un événement diffusé par 20 radios dans le cadre de l’UER.

 

 

Sorry its not set :(

 

A écouter également podcast inédit réalisé par Radio France avec les Médias Francophones Publics,

le Canada, la Suisse et la Belgique :

https://www.radiofrance.fr/francemusique/podcasts/l-hymne-a-la-joie-200-ans-d-histoires

 

 

Sorry its not set :(

 

Programme extraordinaire aussi sur Arte,

qui diffusera en quasi direct les 4 mouvements depuis Milan Paris Leipzig et Vienne ..

Cette œuvre monumentale fait fréquemment l’objet de diffusions forcément spectaculaires,

à l’image de celle proposée en 2017,

en direct du Stade Pierre-Mauroy de la Métropole Eurpéenne de Lille avec l’Orchestre National de Lille, le Chœur Régional des Hauts-de-France et le Palais d'hiver St Pétersbourg ballet …

 

 

Ce mardi encore,

Stéphane Bern accueillera sur Europe 1 l’écrivain journaliste Thierry Geffrotin …

 

Sorry its not set :(

 

Longtemps spécialiste de la culture et de la musique sur différentes chaînes de Radio France ou à Europe 1,

organiste et spécialiste de Mozart,

il est fasciné, comme il nous le raconte, par l'apparente simplicité de cette mélodie,

qui rappelle de simples comptines.

 

 

 

Et c’est en 1972 que cette formule musicale magique est choisie pour devenir l’Hymne européen.

Mais pas dans la version originelle signée Beethoven …

C’est une adaptation du maestro Herbert von Karajan.  

 

Sorry its not set :(

 

Le tempo est plus lent que celui indiqué par le compositeur, et la partition ne dure au total que 2 minutes.

Le chef berlinois l’enregistre avec son orchestre philarmonique.

Il perçoit d’ailleurs les droits dès que cet arrangement est diffusé,

durant des années !

Pour l’hymne, pas de parole !

Le fameux poème de Schiller qui a inspiré Beethoven n’apparaît pas,

c’est la mélodie seule qui est retenue :

comme cela,

pas de risque d’interprétations dissonantes du texte qui en appelle selon les versions soit à l’amitié, soit à la fraternité !

Comme le précise France Musique ...

Bien avant 1972 "L"hymne était déjà entonné dès 1929, à la fin de chaque congrès du mouvement Paneurope, une association qui militait pour la création d'une union des États européen afin d’éviter que ne se reproduise la première guerre mondiale."

 

 

Radio Classique proposera également ses émissions spéciales pour l’anniversaire,

elle qui a il y a de celà quelques années, raconté comment Florian Colombo, chercheur en informatique suisse,

a proposé à l'Intelligence Artificielle d’imaginer ce qu’aurait pu être une 10ème symphonie,

en tous cas un extrait, de quelques minutes.

 

Sorry its not set :(

 

À ceux qui y verraient une insulte à Beethoven,

Guillaume Berney de l’orchestre de chambre NEXUS qui a ensuite exécuté la partition, a une réponse toute prête :

"Ce n’est pas du tout blasphématoire.

Les compositeurs à l’époque étaient tous avant-gardistes.

Ils ont toujours cherché des nouvelles façons de faire".

 

 

Beethoven lui même a travaillé durant des décennies pour parvenir à écrire cette simple mélodie,

en 5 notes ...

32 ans !!!

Qu'aurait-il pensé de l'IA ?

 

Sorry its not set :(

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 4 mai 2024.

 

Voir l'article