Ces articles vous sont présentés par e-crossmedia

Agence d'Information, de formation et de consulting

Ukraine : 2 ans de guerre, mais moins "d'opérations spéciales" sur les médias ! 2 ans de couverture sur e-crossmedia. (le 22-02-2024)

 

2 ans de guerre en Ukraine.

A l’heure des attaques informationnelles,

des cyber-attaques sur lesquelles communiquent les services de l’état français,

et qui s’imposent au-delà du conflit lui-même comme un nouveau champs de bataille,

regard dans le rétroviseur.

 

Sorry its not set :(

 

2 ans d’interviews et d’articles

sur e-crossmedia.com :

Quelques repères en 2024,

au fil des 24 mois de ce conflit et sur le traitement des médias .

 

Sorry its not set :(

 

Il est l’un des premiers pros français de l’info arrivé sur place,

et confie qu'il est alors frappé d'un préssentiment.

Même si personne n'y croit,

sauf les services amériains mais on ne le saura que plus tard,

il est persuadé que l'armée russe va attaquer !

Il nous livre très rapidement son témoignage en direct de Kiev.

Omar Ouahamane et son  technicien, pour Radio France et France Télévisions

singulièrement pour l'offre commune "franceinfo:"

multiplient les directs à la radio, la télévision,

sur le web et les réseaux sociaux.

Après la percée depuis le nord, comme tout le monde, il redoute l’invasion de la capitale ukrainienne.

 

 

"La liberté de la presse n’est pas respectée en Russie", nous dit-il.

"Ils nous voient comme des éléments pros occidentaux.

Donc évidemment :

je réfléchis à comment réagir quand les Russes vont entrer à Kiev, comment leur échapper le cas échéant,

parce qu’ils ne nous laisseront pas travailler.

Au mieux, ils nous chasseront,

au pire, ils nous feront du mal."

 

Sorry its not set :(

 

"De toutes façons, lorsqu’on travaille sur ces théâtres d’opération là,

on se dit que tout peut arriver,

qu’on peut ne pas rentrer à la maison...

Cà peut s’apparenter à un accident de travail".

 

Tous les médias, quel que soit leur format, se mettent alors à l’heure du conflit.

Radio Classique  ...

parle des musiciens ou danseurs ukrainiens qui entrent en résistance

ou partent au combat …

 

Sorry its not set :(

 

NRJ,

tout en tentant de préserver vaille que vaille son esprit "feel good",

relaie dans ses infos locales les élans de solidarité en France pour l’accueil des réfugiés,

 

Sorry its not set :(

 

Saint Pierre et Miquelon la 1ère,

malgré l’éloignement témoigne de la solidarité qui s’organise :

"Les maires de 2 villes ont d’emblée proposé de venir en aide.

 

Sorry its not set :(

 

"Et même si Kiev est à 4300 kilomètres, l’idée d’accueillir des réfugiés fait son chemin.

Bien que nos 2 îles soient plus proches du continent nord-américain que de l'Europe, les habitants de Saint Pierre et Miquelon ont une réelle sensibilité nationale.

Même si les internautes, auditeurs et téléspectateurs s’informent aussi par les médias de nos voisins canadiens,

la sensibilité est profondément "française".

 

A quelques encablures,

Radio Canada

se mobilise également et nous explique que le pays accueille l’une des plus importantes communauté ukrainienne au monde.

Un méga concert de solidarité avec Annie Lennox, Céline Dion, Elton John, Katy Perry, Madonna, Pharrell Williams, Radiohead, Stevie Wonder ou encore U2

est organisé par le Canada

et l'Union Européenne.

 

Sorry its not set :(

 

Le concertiste violoncelliste,

Gautier Capuçon,

par ailleurs animateur sur Radio Classique, est le premier musicien français à jouer à Lviv quelques jours après le début du conflit.

Il confie son émotion à e-crossmedia, 

ce concert restera dans l'histoire de la musique contemporaine .

Avec tout d'abord,

( à 20 minutes 33 sur la vidéo ),

l'hymne ukrainien :

"L'Ukraine n'est pas encore morte", en présence de l'ambassadeur de France.

 

 

En France,

arrivent assez vite des centaines d’ukrainiens qui viennent trouver refuge.

Comme en Creuse ou une jeune étudiante en journalisme est accueillie au sein de la rédaction de France Bleu.

 

Sorry its not set :(

 

La capitale ukrainienne n’est en définitif que très peu impactée et le conflit se localise à l’est et au sud du pays.

Une rédactrice en chef de la radio-télévision d’état ukrainienne témoigne :

pour optimiser les forces, l’ensemble des équipes se sont mutualisées en mode crossmedia.

 

Sorry its not set :(

 

Après les premiers 365 jours de conflit,

il y a un an ,

des émissions et éditions spéciales se multiplient,

à l’image de la soirée spéciale diffusée depuis l’Ukraine par France Info canal 27.

 

 

Sorry its not set :(

 

France 2 propose une soirée qui marque les esprits...

 

 

Le groupe TF1 revendique carrément un nouveau positionnement affirmé pour sa chaine d’info continue LCI.

Elle consacre désormais l’essentiel de son éditorial à l’international et singulièrement à la guerre en Ukraine.

"Parce que nous sommes dans un moment d’histoire unique, nous avons une responsabilité importante.

Nous nous sommes donc mis en rangs serrés pour faire en sorte que l’ensemble des publics puissent accéder à l’info.

Cette crise est un accélérateur des changements et des pratiques"

nous dit Thierry Thuillier,

patron de l'info du groupe TF1.

 

Sorry its not set :(

 

"Pour les équipes qui vont sur le terrain, auxquelles je rends hommage, c’est une expérience à la fois redoutable et stimulante.

Ce sont de jeunes femmes et de jeunes hommes qui travaillent sur des terrains de guerre effrayants.  

Pour eux, c’est un accélérateur d’expérience professionnelle, ils ne verront plus jamais l’actualité de la même manière !"

 

Sorry its not set :(

 

Au fil des mois,

e-crossmedia continue régulièrement à observer l'évolution de la couverture  par tous les médias…

A l’image de France Bleu Besançon qui accompagne des bénévoles jusqu’à la frontière pour y apporter des vivres et de l’aide.

 

Sorry its not set :(

 

Ou aussi de France Antilles,

qui depuis la Martinique ou la Guadeloupe racontent la vie des militaires français originaires de leurs territoires,

impliqués au sein des forces françaises aux portes de l’Ukraine.

 

Sorry its not set :(

 

Les professionnels témoignent .

La RTS,  en Suisse s'interroge sur la neutralité de la confédération.

 

Sorry its not set :(

 

De grands patrons de presse se posent également des questions fondamentales :

 

Sorry its not set :(

Sorry its not set :(

Au mois d’avril 2023, une réelle crise diplomatique se déclenche à la télé :

"Les pays de l'ex Union Soviétique" ne sont pas légitimes déclare l'ambassadeur de Chine sur LCI !

 

 

Au fil des mois,

la réalité dépasse la fiction  ...

Comme le raconte un reporter de France Télévisions,

par ailleurs écrivain : Ben Barnier.

 

Sorry its not set :(

 

2 ans de mobilisation de l’ensemble des médias ...

Jusqu’à assister dorénavant à des journaux

qui ne consacrent même plus une brève à cette actualité, 

sauf ces jours-ci du fait de "l'anniversaire".

D'ailleurs à la différence de l'an dernier,

aucune importante édition ou émission spéciale n'est partculièrement mise en avant par les mass-médias,

à l'exception de franceinfo: en radio.

 

Le traitement médiatique s’est-il enlisé,

comme le conflit lui-même ?

 

Sorry its not set :(

 

Le jeudi 24 février, il y a 2 ans …

Les rendez-vous d’information comme les chaînes d’information en continu avaient tous connu une envolée de leurs audiences.

À commencer par les journaux télévisés de la mi-journée :

5 millions de personnes devant le 13 heures de TF1 qui pour une fois était sorti de son éditorial de proximité…  

 

Sorry its not set :(

 

Nombre de téléspectateurs s’étaient également branchés sur les chaînes d’information en continu toute la journée.

À commencer par BFMTV,

avec 7,7 % de part d’audience,

CNews enregistrait sa troisième meilleure performance

avec 3,5 % de parts de marché.

Dans la foulée,

LCI égalait son record historique avec 2,4 % du public.

franceinfo: sur le canal 27 de la TNT pointait à 1,7 % sur la journée.

Une prouesse que la chaine du canal 27 n’avait réussi à dépasser qu’une seule fois au cours de son histoire.

 

Pour lire, ou relire, ces témoignages au fil des 2 ans de guerre en Ukraine :

https://www.e-crossmedia.com/interview/

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 23 février 2024.

 

 

Voir l'article

La dernière minute d'antenne de la 1ère radio jeune de France : le 20 février 1987 se taisait Radio 7 ... (le 20-02-2024)

 

Yves Géniès, Clémentine Célarié, Christophe Dechavanne, Sidney...

Ces voix ont, avec d'autres, créé la 1ère radio jeune de France :

Radio 7 !

Le paysage radiophonique de l'époque est régi par le monopole d'état, qui interdit à tout acteur, hormis Radio France, la diffusion en FM sur le territoire français.

Mais déjà, des "radios libres" ou "pirates" se multiplient en région,

singulièrement pour cibler les jeunes.

 

Sorry its not set :(

 

C'est alors la fin du septennat de Valéry Giscard d'Estaing et la campagne électorale est déjà lancée. 

François Mitterand fait savoir que si il est élu, le monopole d'État de diffusion sur la bande FM sera aboli.

 

Sorry its not set :(

 

Alors, avant l'heure ...

La présidente-directrice générale de Radio-France Jacqueline Baudrier crée trois prototypes de radios locales

à Laval, Lille et Melun, 

et 2 thématqiues :

"Radio Bleue" pour les séniors

et "Radio 7" pour les jeunes.

Pourquoi "Radio 7" ?

Parce qu'elle est la septième offre diffusée par Radio France après France Inter, France Culture, France Musique, FIP, RFI,

et donc Radio Bleue.

Le 2 juin 1980 Clémentine Célarié et Jean Pierre Gauffre ouvrent l'antenne ...

 

 

Radio 7,

est seulement diffusée en Ile de France.

Mais elle apparaît alors,

comme les 4 autres stations dédiées à la proximité en Nord Pas de Calais, Mayenne et Seine et Marne,

si novatrice !

 

 

Comme les animateurs, nombre de journalistes feront des carrières exemplaires,

à l'image de Philippe Balland, Eva Bettan, Anne Brucy, Jacques Expert, Danielle Messager, Nadine Epstein, Dominique Brigand, Luc Evrard ou encore Brigitte Jeanperrin.

 

Mais après 7 ans seulement,

le paysage est déjà bouleversé.

Les radios muiscales privées prennent leur essort .

 

Sorry its not set :(

 

La panthère noire d'NRJ s'impose rapidement comme la reine de la jungle de la FM,

La Voix du Lézard devient Skyrock,

Fun Radio se positionne également parmi les plus influentes,

RFM valorise sa programmation en couleur,

Kiss Fm du groupe Hersant se développe avec pour les infos l'agence AFC,

et Aventure FM finit par laisser sa place à Maxximum, puis à RTL 2.

Les réseaux se créent au niveau national,

le marché des fréquences est ouvert et les radios privées héritent de la manne publicitaire.

Face à cette mutation, Radio 7, cantonnée à sa zone de couverture parisienne, ne peut maintenir sa place de pionnière. 

L'aventure initiée par le service public avant la libération de la bande FM, s'arrête.

 

A ne surtout pas manquer içi, les dernières secondes de l'antenne le 20 février 87 .

Pas de décompte comme pour le lancement de la station,

mais l'image sonore d'une chasseur qui vise sa proie ...

Comme un canard tiré au ball-trap par un fusil,

cette antenne novatrice est abattue, en plein vol.

Radio 7 disparaît,

7 ans après sa création.

 

 

Suit un "blanc" d'une minute,

puis retentit sur les 2 fréquences franciliennes une annonce, dans la voix d'une journaliste de la matinale de France inter.

"Bientôt sur cette fréquence

Radio France Info, la plus info des radios" .

France Info commence à émettre seulement 3 mois plus tard,

le 1 er à 6 heures 59.

 

Sorry its not set :(

 

Produite depuis le même studio que Radio 7,

dans la mezzanine côté gauche du grand hall de la maison de la radio, face à la Seine.

Les couleurs changent, du blanc et rouge au jaune et noir,

France Info est la première radio d'information en continue en Europe.

 

Son slogan est bien celui qui avait été annoncé

à peine une minute après la fin de l'émission

de Radio 7.

"La plus info des radios".

Cette nouvelle offre de service public est d'abord diffusée dans quelques grandes villes françaises.  

A l'américaine : enchaînement de titres, de chroniques, de flashs et de journaux ...

 

 

Un an plus tard, elle compte déjà plus d'un million d'auditeurs réguliers.

Aujourd'hui c'est cinq fois plus :

Près de 5 millions d'auditeurs quotidiens, soit bien plus de 8 % du marché en audience cumulée.

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 20 fevrier 2024.

 

 

 

Voir l'article

Progressivement, à partir de septembre ... "France Bleu" deviendra bien "ICI" : confirmation hier de RF. "Si tant est que les budgets sont sanctuarisés" ... dit ce matin Rachida Dati sur France Culture. (le 19-02-2024)

 

La marque "France Bleu" ne disparaîtra pas purement et simplement dès septembre,

mais laissera sa place, progressivement, à "ICI".

Le temps que les auditeurs se l'approprient.

Peut-être jusqu'à janvier 2025...

L'info a été réaffirmée ce mercredi soir,

après qu'une rumeur de retard sur la mise en place de cette réforme, ait été diffusée sur le web.

 

Optimiser, renouveler, rationaliser l’offre de proximité, au service des publics et des territoires …

C'est l’ambition de l’état qui finance en large partie les médias publics.

L’actualisation de l’offre audiovisuelle publique locale et régionale doit maintenant monter en puissance de façon pro-active,

après plusieurs années d’expérimentations.

Déjà 34 matinales de France Bleu, sur les 44 stations, sont filmées et co-diffusées sur leur zone de service par France 3.

Le déploiement sur l'ensemble du réseau se poursuit.

 

Sorry its not set :(

 

France Télévisions et Radio France

doivent maintenant réunir leurs talents et créer la nouvelle offre de proximité,

et qui sera revendiquée et valorisée par un label unique.

Il s’agit donc que les 44 radios locales de France Bleu et les 24 stations de France 3 apprennent à faire corps

et se donnent les moyens d’inventer cette nouvelle "race" de média,

avec le web et les réseaux sociaux au centre de la réflexion,

pour être en phase avec les publics et l'évolution du mode de consommation des médias.

La directrice du réseau France Bleu Céline Pigalle l'avait déjà expliqué il y a quelques jours dans le studio flambant neuf de la station du Berry.

 

Sorry its not set :(

 

Ce que les équipes parviennent d'ores et déjà à réaliser içi et là ponctuellement,

avec des opérations spéciales, où radio et tv proposent un programme en commun,

en cas d'inondation, de manifestations des agriculteurs, de grandes manifestations sportives,

doit pouvoir être systématisé au quotidien.

 

Sorry its not set :(

 

Le dossier connaît un nouvel élan depuis l'arrivée de la ministre de la culture et de la communication Rachida Dati,

Dès 8 février, elle l'a bien précisé à des journalistes de France Bleu et France 3

justement réunis pour l'interviewer

à Clermont-Ferrand …

( A 7'25" de la vidéo )

 

 

Reste à construire cette nouvelle race de média,

mais pour quoi faire ? 

Au-delà des perspectives de rationalisation des moyens,

quel projet éditorial ?

Quelles complémentarités construire entre Radio, TV, Web et Réseaux Sociaux,

en optimisant les ADN de chacun de ces canaux ? 

Et donc pour construire celà,

quel plan d'action, quel accompagnement pour les cadres et les équipes de terrain, commun aux 2 entreprises ?

Il s'agit d'une sorte de  "Join-Venture" à construire :

Celà consiste en un contrat de collaboration entre deux des entreprises dans le but de mettre en commun une stratégie,

et d'affiner leurs process au service d'une marque unique !

 

Sorry its not set :(

 

Pour exprimer la crainte des gens de radios  ...

Comment faire pour que leur savoir-faire propre, en matière d’hyper proximité et aussi d’interactivité,

et d'accompagnement en mobilité tant avec les auto-radios qu'en streaming sur les spartphones maintenant,

soient des valeurs ajoutées au nouvel édifice ?

Que les 4 médias d'une même marque, FM / TV / Web / RS s'inter-valorisent en permanence,

et se complètent via des choix éditoriaux en commun...

C'est déjà se qui se construit depuis des années outremer

dans les 9 stations et à la tête de réseau aux portes de Paris

qui bénéficient depuis 2011 de la marque unique "La 1ère ",

composante de France Télévisions.

 

Sorry its not set :(

 

Reste que tout ceci ne peut se construire que si les budgets sont pérénisés.

C'est le sens de l'intervention de Rachida Dati ce jeudi matin,

sur France Culture :

 

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

29 fevrier 2024 .

 

 

 

Voir l'article

CNews, c'est pas nouveau ! Une Nième bataille idéologique sur le pluralisme des radios et télés secoue le PAF ... (le 18-02-2024)

 

Pourquoi,

alors qu’on choisit un journal en fonction de son positionnement politique,

ne le ferait-on pas quand on écoute une radio, ou qu’on regarde une télévision ?

C’est la question posée par ce qui secoue le PAF depuis quelques jours,

puisque le conseil d’état, exige de l'Arcom 

"de réexaminer dans un délai de six mois le respect par la chaîne Cnews de ses obligations en matière de pluralisme et d'indépendance de l'information" .

Celà fait sans surprise la Une ce dimanche du JDD, le journal qui avec entre autres Paris Match et Europe1

appartient comme CNews au groupe Bolloré.

 

Sorry its not set :(

 

Cette affaire, qui devient ouvertement idéologique, fait suite à un recours de l'ONG Reporters sans frontières

à propos de CNews..

Depuis quelques jours, l’antenne de la chaine d’information sur le canal 16 de la TNT est évidemment mobilisée sur cette question.

Au-delà des journalistes de la rédaction,

certains invités comme Philippe David, animateur de Sud Radio,

soulignent que le positionnement politique de bien d’autres médias peut également poser question …

 

 

"Sans indépendance, sans pluralisme, il n'y a pas de vraie honnêteté de l'information",

argumente de son côté Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF.

 

Sorry its not set :(

 

"Cette décision du Conseil d’Etat s'appliquera à tous les médias audiovisuels.

Désormais, l'Arcom va devoir statuer sur le fonctionnement de toutes les chaînes.

Nous avons tous intérêt à ce que le débat ne soit pas polarisé entre les anti-Cnews et les anti-France Inter".

 

Sorry its not set :(

 

"Il n'y aura pas de catalogage des journalistes et invités"  ...
affirme pour sa part le président de l'Arcom, Roch Olivier Maistre aujourd'hui dans La Tribune Dimanche.
Il  rappelle le principe de liberté éditoriale consacré par la loi de 1986.
 

Sorry its not set :(

 

La sénatrice de Paris Marie-Claire Carrère-Gée, monte le potentiometre plus haut.

Pour elle, la mesure demandée à l’Arcom est inapplicable :

sous quelle étiquette ranger journalistes et chroniqueurs ?

Selon quels critères apprécier le contenu des propos tenus à l’antenne ?

"Qui serait en effet en charge de « catégoriser » les opinions de chaque intervenant ?

La direction de la chaîne, avant de faire sa programmation ?

L’ARCOM, mais au vu de quels critères et avec quels droits et garanties pour les personnes concernées ?", se demande l’élue.

 

Sorry its not set :(

 

Contrôler les médias pour garantir le pluralisme …

C’est toutefois une demande qui déferle sur les réseaux sociaux avec des commentaires au vitriol à l’encontre des médias,

singulièrement des chaînes du service public.

Par exemple sur X , ex Twitter,

le compte de Médias Citoyens s’en est fait une spécialité.

https://twitter.com/medias_citoyens

 

Sorry its not set :(

 

Sybile Veil, la Présidente de Radio France a déjà eu l’occasion de répondre à ces publications ,

tout en se demandant qui se cachait derrière les pseudos,  

devant la représentation nationale. :

"Ce sont des propos de plus en plus diffamatoires et qui se fondent de petits extraits de nos programmes

et qui ne représentent pas ce qui est proposé sur l'ensemble d'une journée.

Quand on parle d'équilibre sur une antenne,

ce qui est travaillé dans le cadre de nos antennes c'est une succession d'intervenants, d'angles auxquels on donne la parole (...)

On ne peut pas donner la parole en même temps à plusieurs opinions. "

 

A l’instar des dirigeants des médias,

journalistes et animateurs, se mobilisent en tous cas sur toutes les ondes pour défendre leur liberté d’expression.

Ce qui inspire parfois des éditos aigres doux.

Comme il y a déjà quelques mois sur France Inter.

 

 

Au fond pourquoi l’audiovisuel serait-il contraint à une forme de pluralisme ?

Pourquoi une radio ou une télévision, en tous cas du secteur privé, ne pourrait-elle pas affirmer un courant d’opinion,

si tant est qu'elle le revandique...

Mais dans ce cas, il ne faudrait évidemment pas prétendre pratiquer le pluralisme.

 

Un média privé, qui est donc une entreprise privée est par définition ... "privé" !

Le choix éditorial de ses actionnaires, voire le positionnement politique s'il respecte les lois de la République, ne saurait être remises en cause.

Démonstration par l'absurde ce dimanche avec le JDD du groupe Bolloré comme CNews,

qui n'échappe pas aux internautes.

 

Sorry its not set :(

 

Quant au service public ...

Par définition il "appartient" ... à "tout le monde", puisqu'il est financé par l'impôt de tous.

Il se doit, donc, de donner la parole de manière équilibrée, à tous les courants de pensée.

 

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 18 fevrier 2024.

 

 

Voir l'article

ICI, la réunion de France Bleu et France 3, c'est maintenant ... Mais comment ? (le 16-02-2024)

 

"Aujourd’hui peut-être,

ou alors demain … "

Voilà ce que chantonnent certains collaborateurs côté Radio France,

après la confirmation de la directrice du réseau France Bleu cette semaine au micro de la station du Berry ...

En septembre, la marque des locales disparaitra au profit de "ICI",

le nouveau label commun avec France Télévisions pour l’action régionale de l’audiovisuel public.

"Si ce n’est pas à la rentrée, ça sera plus tard ! On avancera en marchant !" ajoute-t-on discrètement ...

 

Sorry its not set :(

 

"Elle est allé trop vite …" dit-on tout aussi confidentiellement de l’autre côté de la Seine à FTV …

"Le dispositif antenne n’est pas validé !" 

 

Force est de constater en tous cas que le chantier met les cerveaux en ébullition,

y compris évidemment ceux des organisations syndicales à l'image du SNJ de Radio France qui s'interroge ce vendredi :

"ICI ...  La mort des radios ? "

 

Sorry its not set :(

 

Les esprits s'échauffent singulièrement depuis la nomination de la nouvelle ministre de tutelle, au volontarisme affirmé bien connu,

et dont la feuille de route comprend un objectif,

à l'évidence :

faire progresser, vraiment, ce chantier lancé en réalité depuis des années.

 

Sorry its not set :(

 

Reste, comme e-crossmedia le disait il y a 2 jours, une équation à résoudre :

comment faire avancer concrètement ce dossier,

tant dans la forme que dans le fond...

Des initiatives sont lancées par certains cadres en région,

pas tous,

pour démultiplier les opportunités de complémentarité entre les 44 radios locales et les 24 télés régionales.

De nombreuses opérations démontrent déjà les bonnes volontés de rapprochement à l’occasion d’évènements exceptionnels avec la réalisation d’antennes communes.

Au delà de la création d'une précieuse marque unique,

le réel enjeu est de faire évoluer les pratiques pour que les équipes audio-vidéo-web s’organisent, réfléchissent et travaillent ensemble constamment,

afin que ce qui est déjà réalisé occasionnellement,

le soit au quotidien.

 

Sorry its not set :(

 

Au-delà de la mise en place de process et des moyens,

c’est également le fond sur lequel s’interrogent légitimement les équipes :

une marque commune...

Pour quoi faire,

pour quelle ambition éditoriale au service des publics et des territoires ?

 

Sorry its not set :(

 

"Dire qu’à l’époque nous avons tout fait pour nous séparer de FR3 ! "

Voilà en l’occurrence la réflexion de l’un des pionniers de la création du réseau des locales à partir de 1980,

puis du repositionnement stratégique en 2000, avec la création de la marque France Bleu.

Le souvenir de l’un des premiers pères fondateurs, Daniel Hamelin, s’impose à son esprit ...

"Avec Daniel, nous avions la notion de proximité chevillée au cœur,

chaque commune d’un département devait être citée régulièrement,

la zone de service était quadrillée,

le plus modeste des évènements avait un intérêt. …

Le média radio nous permettait cela, à la différence de la télévision !"

 

Sorry its not set :(

 

La nouvelle offre de radios locales de Radio France impulsée par Jacqueline Baudrier à la fin du septennat de Valery Giscard-d'Estaing,

se développe majoritairement dans les départements ruraux.

29 radios, associées aux télévisions de France Région 3, existent déjà de longue date mais sont localisées dans les capitales régionales.

C’est donc bien l’idée d’une plus forte proximité avec les territoires qui prédomine du côté de la maison ronde.

 

Quand en 82,

les 29 anciennes stations de FR3 sont transférées à Radio France,

ce sont en réalité 2 mondes qui s’additionnent pour constituer le réseau.

On parle alors des "locales", comprenez les récentes créations de RF souples, modernes, dynamiques et novatrices ,

et des "ex FR3"...

Les modes de fonctionnement, les cultures d’entreprises, sont alors fort différents.

En terme d'audience, les nouvelle stations s'imposent très rapidement sur leurs terrains,

alors que les anciennes ne décolent pas !

 

Sorry its not set :(

 

Faire évoluer les mentalités et les savoir-faire représente à l’époque un défi managérial et de formation conséquent.

Le pari n'est globalement gagné qu’au moment du repositionnement stratégique du réseau,

et de la création de la marque France Bleu.

La quarantaine d'implantations parvient alors au plan national à 8% d'audience cumulée.

Pendant un temps, les "Locales" entrent dans la cour prestigieuse des radios les plus écoutées de l'hexagone.

 

Sorry its not set :(

 

Proximité ...

C'est en réalité aujourd'hui cette notion fondamentale qui resurgit,

alors que les 2 entités sont appelées à se réunir,

tout en y adjoignant le web et les réseaux sociaux.

En créant cette nouvelle race de média,

la proximité que pratiquent concrètement les pros de la radio sera-t-elle au cœur du projet ?

L’ambition éditoriale sera-t-elle réellement au centre de la réflexion,

au-delà d’une réorganisation qui potentiellement pourrait être source de rationalisation des moyens ?

Pour construire cette nouvelle offre,

quel accompagnement est-il prévu sur le terrain pour les cadres et leurs équipes ?

 

Sorry its not set :(

 

Le roman est en train de s’écrire.

Nathalie Sarraute en début de carrière a publié

"L’ère du soupçon".

Sa réflexion en évoluant lui a permis de rédiger ensuite ces lignes dans son best seller "ICI".

 

Sorry its not set :(

 

"Ici est l'espace dont il a besoin pour prendre ses aises... répandre aussi loin qu'il le voudra ses ondes...

Déployer sa désinvolture, son outrecuidance.

Qu'il fasse venir ici cela et encore cela, tout ce qui lui chante, ces fleurs, ces légumes, ces fruits, ces objets incongrus, ces bêtes étranges, qu'il en dispose comme bon lui semble.."

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le16 fevrier 2024.

 

Voir l'article

"Ce que l'on conçoit bien s’énonce clairement" dit Boileau. Nette et précise aussi la parole de Céline Pigalle ce mercredi à Châteauroux : finie la marque France Bleu ! (le 14-02-2024)

 

Les pédégères de Radio France et de France Télévisions l'avaient annoncé il y a quelques semaines, déjà .

Le réseau France 3 l'affiche pour ses éditions 12/13 et 19/20 depuis septembre, déjà.

Comme les 34 matinales de France Bleu co-diffusées sur leurs territoires par France 3, déjà.

L'appli commune France Bleu/France 3 en porte le nom depuis bientôt 2 ans, déjà. 
La ministre de la culture l'a confirmé elle-même à Clermont-Ferrand il y a quelques jours, déjà.

 

Céline Pigalle, la directrice du réseau des 44 radios locales de Radio France l'a confirmé ce mercredi matin, 14 février  :

la marque "France Bleu" va disparaître !

 

 

Il y a donc fort à parier que le très remarquable travail des peintres et décorateurs qui viennent de terminer les travaux de ce magnifique studio ultra moderne dans le chef lieu de l’Indre devra rapidement être repeint !

 

Sorry its not set :(

 

Aux couleurs de la nouvelle marque " ICI"  !

 

Sorry its not set :(

 

"Nous allons changer de marque".

France Bleu va devenir "ICI" confirme donc Céline Pigalle .

"La logique c’est qu’on se mette sous le même label avec la télévision.

C’est utile de se réunir sous une même bannière.

La peur n’est pas bonne conseillère !

On va prendre le temps de raconter cette histoire et d’assumer ce moment de bascule.

Il faut additionner nos forces …"

 

Sorry its not set :(

 

Coté France Télévisions,

précision :

c'est surtout l'action régionale qui est ciblée,

car France 3 demeure également une chaîne avec ses forts contenus nationaux...

"Concernant l’évolution de la marque, c'est le projet éditorial qui en est le socle et c'est ce sur quoi les équipes travaillent. 
ICI c'est d'abord une évolution éditoriale en direction des publics.

Les régions portent désormais toute l'info avec ICI 12/13 et ICI 19/20,

la politique documentaire s'inscrit dans une dynamique de collections pilotées par les régions.
Avec l'émission "Sports d'Ici" et les 120 directs annuels sur les évènements sportifs, la proximité se renforce partout dans les territoires.
Et les émissions spéciales comme par exemple l'Enduropale ou le carnaval de Dunkerque le week-end dernier

ont un impact plus fort grâce aux collaborations entre les antennes régionales de France 3 et les antennes locales de France Bleu.

Dans ces deux cas, des émissions spéciales ont été réalisées et co-diffusées sur les deux réseaux du service public de proximité,

donnant plus de résonnance aux évènements en question."

 

Sorry its not set :(

 

Pour nombre d’observateurs,

comme e-crossmedia le raconte depuis des années,

c’est enfin l’enclenchement d’un processus engagé de longue date.

Reste maintenant à entrer dans le concret.

Une nouvelle marque sous-entend une nouvelle offre,

et l'obligation de se donner les moyens d'honorer sa promesse.

Et comme le disait Buitoni dans une campagne de pub restée célèbre et qui est culte pour tous les pros du marketing :

"l’important c’est ce qu’il y a dans la boite !"

 

Sorry its not set :(

 

La nouvelle offre de média public d’audiovisuel de proximité est en train de naître ...

Mais pour proposer quoi ?

Quelles synergies ?

Quelles complémentarités ?

Comment faire se compléter les talents de gens de son

et d’image ?

Comment capitaliser sur les ADN propres à chacun des médias ?

Et surtout,

comment prendre en compte l’impérieuse nécessité de placer le web et les réseaux sociaux au centre de la réflexion,

pour être en phase avec les nouveaux modes de consommation des médias ?

 

e-crossmedia l’écrit, presque chaque semaine…

Les 2 entreprises multiplient déjà à l’occasion d’évènements les collaborations et les co-diffusions.

Reste à inventer les process pour que ce qui est déjà possible occasionnellement le soit au quotidien.

 

A cet égard, France Télévisions a en son sein une expérience exemplaire  ...

Celle des stations ultramarines, les 9 stations "Radio-TV-Internet" qui bénificient depuis le 30 novembre 2010 de la marque unique "1ère"!

Même si, malgré les initiatives novatrices dans les 9 stations,

l'expérience montre que le pari de faire travailler les équipes en complémentarité n'est pas si simple à mettre en oeuvre au quotidien .

 

Sorry its not set :(

 

Pour parler concrètement et ne citer qu'un exemple...

Que les rédacteurs en chefs chaque matin partagent leurs choix de sujets retenus pour la journée,

optimisent la couverture des évènements en élaborant ensemble le déploiement de leurs équipes sur le terrain,

et mettent en commun le savoir-faire de leurs collaborateurs sur tous les supports de diffusion.

 

Sorry its not set :(

 

Force est de constater que ce n'est toujours pas le cas non plus dans l'hexagone pour la chaîne nationale "france info:"

Elle bénéficie pourtant de la même marque très puissante depuis 2016 !

Mais les équipes de chaque coté de la Seine ne collaborent ensemble qu'à minima.

Celà fait d'ailleurs l'objet d'un plan d'action annoncé par France Télévisions dans la "feuille de route" distribuée la semaine dernière aux personnels .

Un projet de "petite matinale" commune, c'est à dire très tôt le matin avant 7 heures, produite par la radio et co-diffusée sur le canal 27 de la TNT est dans les cartons depuis des mois,

mais les équipes ne parviennent pas, pour l'heure, à le mettre à l'antenne !

 

Sorry its not set :(

 

Bien d'autres opportunités de complémentarité valeureuses sont à mettre en place évidemment,

coté programmes également...

La force d'une marque unique, même s'il s'agit dans un premier temps que le public se l'approrpie, est indéniable.

Il s'agit d'un chantier ambitieux pour les 2 entités aux cultures d'entreprises et aux coventions collectives différentes !

Voilà en coulisse le chantier qui s'ouvre ces jours-ci ...

Les auditeurs et téléspectateurs, qui sont tous dorénavant aussi internautes, de ce nouveau média sauront être au rendez-vous,

si tant est que cette nouvelle "race de média" se donne les moyens d'être en phase avec l'air du temps ...

La grande distribution dans les années 70 avait compris celà ...

 

Sorry its not set :(

 

Reste que le marketing n'est qu'un emballage,

et que l'offre se doit d'être pensée et affinée pour être à la hauteur de la promesse !

Dorénavant connu, enfin,

et revendiqué par les dirigeants,

le projet est réellement lancé,

et les acteurs de terrain attendent légitimement que leur soit détaillée la recette,

et aussi d'être accompagnés pour bien la mitonner. 

D'autant que chacun aura relevé le volontarisme de la ministre de tutelle, pour qu'enfin ce projet soit porté sur les fonts baptismaux.

Actuellement 44 "France Bleu"

et 24 "France 3" :

elles vont devoir apprendre à cuisiner ensemble leurs spécialités régionales pour toujours mieux faire déguster les spécialités de chaque territoire,

C'est au menu de ces prochains mois,

d'içi le lancement en septembre de "ICI" !

 

L'histoire retiendra, avec un sourire, que cette annonce de la directrice de France Bleu à propos de l'union avec France 3,

aura été proclamée le jour de la Saint Valentin 2024.

 

Thierry Mathieu ,

e-crossmedia,

le 14 fevrier 2024.

 

Voir l'article

"On sera toujours avec vous ! " Patrimonial souvenir d'un 45 tours produit dans les années 90 par Radio France à Belfort-Monbéliard ... Journée mondiale de la radio. (le 13-02-2024)

 

"De Belfort sud à Héricourt,

de Monbéliard à Audincourt ...

On sera toujours avec vous ! "

 

Sorry its not set :(

 

C'est une pépite,

pas forcément une grande oeuvre musicale ...

Mais c'est patrimonial  !

 

Sorry its not set :(

 

Le souvenir d'un 45 tours réalisé en stutio de production,

par toute l'équipe de Radio France Belfort dans les années 90.

 

Sorry its not set :(

 

 

Au studio du centre commercial des 4 As où cette station très puissante était alors installée au 1er étage,

des standardistes aux cadres, des journalistes aux animateurs, des techinciens à tous les autres ...

l'ensemble de l'équipe avait produit ce disque pour le public de "l'Aire Urbaine" en Nord Franche-Comté

sa zone de didffusion.

Avec cette promesse :

"De dessous la douche jusqu'à l'usine,

de la voiture à la cuisine ...

On sera toujours avec vous ".

 

 

 

Le vynil est sans aucun doute aujourd'hui collector,

l'implication et la motivation de l'équipe de l'époque l'est encore plus !

 

Spéciale dédicace, ce 13 février 2024, à l'occasion de la journée mondiale de la radio, à tous les "radioteurs",

toujours épris de proximité, au service de leurs publics !

 

Thierry Mathieu,

ex RF Belfort-Montbéliard ,

e-crossmedia,

le 13 fevrier 2024.

 

Voir l'article

1944-2024 : la radio d'info continue a été imaginée il y a 80 ans, à Paris, par les nazis ! 13 février, journée mondiale de la radio. (le 11-02-2024)

 

"Le passé remarquable,

le présent pertinent,

et la promesse d’un avenir dynamique de la radio ".

Voilà le thème cette année de la journée mondiale de la radio sous l'égide de l'Unesco.

 

Sorry its not set :(

 

2024 sonne les 80 ans en France de la première génération des radios libres, 

bien avant 1982.

Les ondes sont en effet une première fois délivrées en 1944 ...

de l'occupation nazie !

Et un épisode assez méconnu retient l'attention !

 

Sorry its not set :(

 

"Pour être renseignés vite,

de façon précise,

en quinze minutes,

ouvrez votre poste de radio!

Ecoutez

"L’Information Permanente"

sur 206 mètres de longueur d’ondes !"

 

Sorry its not set :(

 

La première radio d’info continue au monde a en effet été créée à Paris en 1944,

durant les tous derniers mois de l’occupation.

De l’info tous les quarts d’heure, de 7h à 2 heures du matin …  

Elle prétend alors donner des infos, mais "ne pas les commenter" …

Avec ce nouveau programme émis depuis le site de la Tour Eiffel qui avait été sabordé dès 1940 par des résistants,

l’occupant tente de reconquérir la confiance des parisiens.

C’est une pure opération de marketing …  

L'image de la station que les services de propagande ont investi dès leur arrivée 4 ans plus tôt est trop dégradée :

"Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est Allemand".

 

 

Si dans le fond, rien ne change évidemment,

dans la forme l’offre est révolutionnaire !

C'est une réelle arme de guerre  …

"Par elle, vous connaîtrez les dernières nouvelles du monde entier, les pronostics et les résultats des courses,

les échos de la vie parisienne et française, les cours de la bourse, les programmes des spectacles, la mode, la cuisine, la vie féminine, l’actualité industrielle et économique,

les résultat de la Loterie Nationale, les échos, pronostics et résultats sportifs, etc ! "

 

A lire le conducteur d'antenne,

il ressemble en tous points, à ceux que chaque auditeur connaît, à la rythmique qui préside aujourd'hui encore aux radios d'info continue partout sur la planète.

"Ce que vous ne devez pas ignorer"

tous les jours à 7.28, 7.43, 7.58, 8.58, 9.28, 9.43, 14.28, 14.43, 14.58, 20.28, 20.43, 20.58, 24.28, 24.43, 24.58….

 

Ou encore,

"Ce que vous pouvez faire aujourd’hui" : lundi, vendredi, samedi et dimanche, à 8.43, 9.58, 15.43; mardi, mercredi et jeudi, à 8.43 et 9.58…

 

Tout comme une multitude de rubriques  ...

Les programmes de théâtres , des music-halls, des concerts, des cinémas, le sport, les recettes du jour,

les cours de la bourse des valeurs de Paris, l’actu économique, la vie en province,

l’actualité hippique, la femme et la beauté, l’industrie et le commerce, même le jardinage ..

 

En réalité, quand cette offre totalement novatrice dans la forme est lancée,

le 1er février 44,

les restrictions d’électricité sont de plus en plus nombreuses dans la capitale, et les Parisiens semblent s’en désintéresser complètement.

 

Sorry its not set :(

 

Et dès les débuts de la station

Le groupe Dauvergne, des Forces Françaises de l’Intérieur infiltre la rédaction qui dépend de Radio Paris, évidemment toujours sous le joug nazi.

Des messages codés sont diffusés à l’antenne dissimulés dans des brèves de faits divers anodins, totalement inventés.

 

Sorry its not set :(

 

Finalement ce programme n’aura existé sur les ondes que pendant 6 mois …  

"L'Information permanente" cesse en effet d'émettre le 1er août 1944,

alors qu’approchent les armées alliées libératrices et que troupes allemandes quittent la capitale.

Plusieurs cadres et journalistes de la station sont arrêtés par des FFI ,

et la longueur d'onde est récupérée pour y diffuser la "Radiodiffusion de la Nation française", qui ,elle, revient à un  format classique .

Ce qui ne l’empêche pas de diffuser le fameux discours de Charles de Gaule à l’Hôtel de ville de Paris le soir même,

le 26 aout …  

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 12 fevrier 2024.

 

Voir l'article

Pierre Garnier, et son buzz sur le web ... Signe inédit de l'évolution du mode de conso des médias ! (le 10-02-2024)

 

"Ceux qu’on était "  …

Voilà ce que peuvent se dire les médias traditionnels en observant, une semaine après sa victoire à la Star Académy, le succès de Pierre Garnier.

C'est sur le web que le jeune chanteur normand devient un réel phénomène, inédit !

 

Sorry its not set :(

 

Numéro 1 des "tendances musiques" sur YouTube, avec de 12,5 k abonnés sur sa page en seulement 3 jours ,  

son titre qui faisait déjà le buzz alors qu’il était encore au château, entre dans l'histoire :

déjà plus de 2 millions d’écoutes aussi sur Spotify.

 

Il est premier des "vues" sur internet et l'ensemble des plateformes dans de très nombreux pays .

Comme le révèle "Pure Charts"  ...

"Le titre est le plus écouté sur Apple Music en Belgique, en France et en Suisse, tout en faisant sensation au Luxembourg, au Liban ou en Algérie.

Sur Deezer, "Ceux qu'on était" se classe numéro un en Belgique, en France et en Israël,

tandis qu'il truste le top 10 en Roumanie, aux Philippines, à Singapour, en Tunisie, en Turquie ou encore au Maroc.

Sur iTunes, même si les téléchargements sont minimes, la chanson est numéro un dans quatre pays francophones :

la Belgique, la France, le Luxembourg et la Suisse."

 

Sorry its not set :(

 

A peine déclaré vainqueur de la Star'Ac,

le jeune homme a fait le tour des radios et des plateaux TV,

dès lundi matin.

Tout d'abord, au micro de France Bleu Cotentin, dans sa région d’origine,

ou le soir sur l'ensemble du réseau des 44 radios locales de Radio France, partenaire de la Star'AC :

 

 

Pierre a été reçu en une semaine par quasiment toutes les stations généralistes et musicales ...

 

  

 

Mais c’est bel et bien sur les nouveaux canaux du web qu’explose son succès. 

 

Toutes les vidéos de reprise de ses interventions sont d'ailleurs plébiscitées sur les sites et les réseaux sociaux des chaînes,

comme içi à "Bonjour", la nouvelle matinale de TF1 :

 

 

Pierre Garnier bat surtout, aussi, des records sur ses propres RS ...

 

Sorry its not set :(

 

Avec plus d’un million de followers sur son compte Instagram ,

dignement fêté sur NRJ !

 

 

Pour le divertissement décidément, le jeune public donne sa faveur aux plateformes, même si pour l’info, il accorde toujours sa confiance aux médias traditionnels.

Selon l’étude la plus récente, 40% des sondés assurent suivre l’actualité "avant tout en utilisant des médias généralistes" sur leur support traditionnel, c’est-à-dire la télévision, la radio et les journaux. 35% d’entre eux disent s’informer en discutant avec leurs proches.. Seuls 39% des sondés disent avoir confiance "dans les informations sur l’actualité donnée" par les chaînes d’infos, contre 44% pour les comptes spécialisés sur les réseaux sociaux, 59% pour les chaînes traditionnelles ou 61% pour les radios.

 

Sorry its not set :(

 

A lire ou le relire,

notre article publié dimanche dernier, au lendemain de la finale,

à propos de l'émission Star Academy :

https://www.e-crossmedia.com/actualites/sur-tous-les-ecrans-dorenavant-succes-pour-l-edition-2023-de-la-star-ac-qui-negocie-bien-le-virage-de-la-revolution-du-mode-de-conso-des-medias-336?fbclid=IwAR11klXdXAGBChCfpcFVgalIAlTApvosON_1QUuDN2eASQegCpUQQH5CtMM

 

 

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 10 fevrier 2024.

 

Voir l'article

Sujet chaud au pied du volcan à Clermont-Ferrand. Rachida Dati réaffirme vouloir avancer rapidement sur la création du nouveau média régional de service public "ICI". (le 09-02-2024)

 

"Je vais rencontrer vos dirigeants très bientôt !"

Voilà ce que promet Rachida Dati, ce jeudi,  aux 2 journalistes de France 3 et de France Bleu Pays d’Auvergne qui l’interviewent,

à l’occasion du festival du court métrage de Clermont Ferrand.

A réécouter à 7 minutes 30 de la vidéo :

 

 

Depuis sa nomination le 11 janvier dernier,

la ministre de la culture multiplie les interventions tant dans les médias que devant les parlementaires

pour affirmer sa volonté d’avancer dans la réforme de l’audiovisuel public.

Devant la haute assemblée,

elle déclare qu’elle s’appuiera en cela sur le texte déposé par le sénateur Laurent Lafon qui préconise à nouveau la création d’une Holding .

Le projet existe depuis des années et avait été porté à l’époque rue de Valois par Franck Riester.

Mais le dossier avait été abandonné du fait, avait-on dit, de la pandémie Covid 19.

 

 

L’idée donc de réunir Radio France, France Télévisions, France Médias Monde et l’INA semble être à nouveau d’actualité.

La ministre le réaffirme également ce vendredi matin dans les colonnes du quotidien "Les Echos".

 

Sorry its not set :(

 

C’est une entreprise qui peut prendre du temps.

Ce sera sans doute l’une des tâches importantes du directeur adjoint en charge des médias qu’elle vient de nommer à son cabinet :

Romain Pagès. .

Il a déjà été en charge à Bercy du suivi du financement et de la gouvernance des sociétés de l’audiovisuel public pendant 2 ans en 2017 et 2018.

Depuis juin 2022, il travaillait au cabinet de la ministre des Sports et des Jeux Olympiques et parlympiques.

 

En attendant, le grand projet de nouvelle organisation globale,

la ministre met avant les avancées déjà accomplies s’agissant surtout de l’action régionale.

Comme ce jeudi, donc, à Clermond Ferrand,

radios et télés locales et régionales multiplient désormais les opérations communes.

 

Sorry its not set :(

 

Elles poursuivent également le déploiement des matinales produites par France Bleu et codiffusées sur leurs territoires par France 3.

La 34ème a été lancée pas plus tard que ce mardi, à Chambéry.

 

 

Les personnels des entreprises adaptent leurs méthodes de travail,

tout en demandant des précisions sur le projet éditorial qui présidera à la création du nouveau média ICI,

annoncé pour être effectif en septembre prochain.

A terme, les marques France 3 et France Bleu sont donc, c’est désormais certain,

appelées à disparaître.

Des campagnes de promo pour informer les publics sont en préparation pour ce printemps.

Reste maintenant donc à définir à la tête des entreprises et entre les acteurs de terrains

le passage au quotidien de cette complémentarité entre l’audio et la vidéo,

s’adapter aux ADN de chacun de ces médias dans l’intérêt des usagers avec un maître mot :

la proximité.

 

Sorry its not set :(

 

Ou plutôt, comme le précise FTV dans sa "Feuille de route" communiquée aux personnels hier des proximités.

"ll n’y a pas une mais des proximités, (territoires, cultures, histoires, patrimoines, langues…)"

 

Le chantier est d’ores et déjà assez avancé sur le web puisque les 2 entités proposent avec un certain succès une seule et même appli,

justement baptisée "ICI" …

 

 

Sorry its not set :(

 

Pour nombre d’observateurs tant à Paris qu’en région,

pour les salariés intéressés comme pour leurs cadres de terrain,

un nouveau pas dans la mobilisation des équipes reste à franchir,

qui ne pourra pas s’opérer sans un plan d’action et d’accompagnement des équipes.

 

Thierry Mathieu,

e-crossmedia,

le 9 fevrier 2024.

 

Voir l'article