Le texte e-crossmedia stylisé

« Ici » : France 3 se lance dans le globcal, 14 ans après France Bleu ! Une disparition, les JT "natios" et 24 valeurs ajoutées, depuis les régions...

 

 

Sorry its not set :(

 

 

Pour le monde des médias l'annonce de ce mardi fait l’effet d’une bombe.

France 3 ne diffusera plus d’édition nationale à partir de septembre 2023 !

Ses 24 stations proposeront des journaux télévisés pensés et produits en proximité avec leurs publics, depuis chacune des régions.

Ils mêleront les faits marquants de l'ensemble de l’actualité qu’ils soient locaux, nationaux ou internationaux.

France 3 étant depuis sa création la chaîne dite "des régions", un traitement de l'actualité travaillé depuis les territoires hors périphérique-parisien a sans doute du sens.

C'est même l'une des pierres fondatrices essentielles pour mettre en oeuvre l'ambition de "re régionalisation" de la chaine, comme la Présidence du groupe en a pris l'engagement auprès de la tutelle.

 

Sorry its not set :(

 

Dans le jargon journalistique cette formule se nomme le "globcal", comme l'alliance du global et du local.

Le but : que le téléspectateur soit informé de tout ce qui est sensé le concerner en regardant un seul rendez-vous : fini le local à telle heure, puis le national et l’international une demi-heure plus tard par exemple.

 

Dans chaque région les journalistes traitent l’actualité de leur terrain,

et les sujets d’envergure nationale et internationale sont conçus et mis à disposition par une équipe du siège.

A chacun des présentateurs en région ensuite de composer le contenu de son édition et de choisir l’ordre, la hiérarchie des sujets suivant sa sensibilité, sa culture, sa perception locale.

Concrètement ...

Quand aucun évènement marquant ne s’impose en proximité et que l’info dominante est située par exemple à Kiev, le journal, même fabriqué en Bretagne ou en France Comté peut s’ouvrir sur un reportage envoyé d’Ukraine.

Mais si le même jour un dramatique incendie ravage un immeuble à Lille, ou qu’un accident paralyse l’autoroute à Marseille, les JT nordistes et provençaux donneront la primeur à leur actualité et diffuseront le reportage de Kiev ensuite.

Et puis évidemment les équipes sont invitées à "s'approprier" l'actualité globale, à illustrer localement ses répercussions, à donner la paroles aux élus, aux acteurs économiques, aux associations : quelles conséquences un fait d'actu parfois mondial peut avoir sur la vie quotidienne dans chaque région...

 

Les éditions futures sur France 3 devraient s’appeler "Ici", comme la nouvelle appli commune France3 France Bleu,

comme un remake également de ce que les radios locales de Radio France ont mis en place depuis une quinzaine d’années.

Cette révolution a d’ailleurs été portée de manière logique au moment où le slogan de France Bleu était "Vu d’ici" depuis le 25 aout 2008.

 

Professionnellement le pari est d’adapter l’offre pour que les deux types de proximités soient considérées : la proximité géographique, mais aussi la proximité affective.

Le jour ou la radio de Clermont Ferrand, siège historique de Michelin, a ouvert ses journaux du matin sur la fermeture de l'usine de pneus Goodyear en Picardie, la direction du réseau France Bleu a considéré que le message était passé, et que les rédactions commençaient à bien honorer la nouvelle promesse éditoriale.

La motivation essentielle était alors que les radios locales ne soient plus considérées comme des médias "complémentaires", que les auditeurs puissent avoir toutes les infos essentielles sur leur station sans avoir besoin de zapper sur une antenne concurrente.

Non  ! Les radios locales ne devaient plus être considérées comme des "petites radios", leur offre devait pouvoir se suffire à elle-même : évoluer de "média complémentaire" à "média essentiel" !

Pour nombre d'observateurs cette stratégie a participé, un temps, au succès du réseau qui a atteint 8% en audience cumulée.

 

Sorry its not set :(

 

Dans le fond il a fallu à l’époque, pour la direction, beaucoup de pédagogie et de gros efforts en matière de formation des personnels pour que le projet soit compris et que les équipes y adhèrent.

Editorialement pour les rédactions des 44 stations, c'était une réelle révolution.

C'est naturellement le cas aujourd'hui aussi à France 3...

Dans la forme à Radio France une nouvelle organisation a dû être montée pour que chaque équipe en région récupère les sujets nationaux et internationaux simplement et puissent donc les incorporer à leurs journaux.

Suivant les premiers éléments transmis par France Télévisions c’est l’équipe de franceinfo : canal27, qui doit en être chargée.

 

Contrairement à ce qu'il se dit depuis l'annonce ce mardi de la direction de France Télévisions, cette initiative n'est pas une première pour le groupe.

 

Sorry its not set :(

Il y a une dizaine d'années l'une des 1ères ultramarines avait fait le choix, en tous cas en radio, d'adopter un éditorial "Vu du peî".

La rédaction pour les éléments "extérieurs" puisait, grace à des accords d'entreprise, dans les bases d'éléments sonores de Radio France et RFI.

En s'appropriant la réflexion menée par les radios locales de métropole, les France Bleu, l'équipe avait appris avec succès à présenter, à hiérarchiser, l'ensemble de l'actualité dans tous les rendez-vous d'info, en jouant à fond sa sensibilité îlienne.

Cette mutation s'était réalisée sans moyen humain supplémentaire mais en adaptant la réflexion sur le service à rendre aux publics, et en adoptant de nouveaux process pour l'écriture des journaux.

 

 

 

Sorry its not set :(

 

"C’est une transformation de l’information importante, portée par les équipes en régions et 24 visages régionaux :

c’est de l’information vue de là où nous habitons avec un prisme de proximité extrêmement fort" déclare le Directeur du réseau Philippe Martinetti.

 

De son coté le Syndicat National des Journalistes de FTV n’imagine pas que cette évolution puisse fonctionner sans que des moyens supplémentaires soient alloués aux régions.

C'est ignorer l'expérience vertueuse, au sein du même groupe, déjà réussie outremer.

 

La CGT, elle, regrette les réaffectations des journalistes de la rédaction nationale de France 3 et une perte de "pluralisme".

Ce syndicat considère qu'il ne restera "que la grand messe" du 20 heures de France 2".

Il oublie manifestement la chaine d'info continu qui monte en puissance sur le canal 27 de la TNT et surtout ,

les 24 journaux, au concept novateur pour la télé, qui seront produits depuis les régions et qui traiteront de l'ensemble de l'actu avec l'ambition de reforcer la proximité avec les publics :

un très belle valeur ajoutée, en mode "Vu d'ici" ...

 

 

 

e-crossmedia, le 5 juillet 2022.

 

Logo d'e-crossmedia Pour découvrir nos autres actualités cliquez ici !