Le texte e-crossmedia stylisé

Projet de site Web de proximité France Bleu-France 3 ? Un GIE pour réformer, quoi qu’il en coûte ? Pour le ministère de la culture, pas pour les syndicats …

Épineux ... le tout nouveau et très chaud dossier dont hérite Michel Cascuiani !

Le patron de la Direction des Ressources Humaines, tout récemment nommé à Radio France,

a l’expérience des affaires délicates et doit donc être bien armé.

Il y a quelques mois, il a en effet dû gérer les conséquences de la liquidation judiciaire de Presstalis, l’organisme qui distribuait partout en France la presse écrite.

Ce DRH va sans doute vite devoir prendre conscience que la radio publique ne se produit pas qu’à la maison ronde, et que justement c'est en région que ça ne tourne pas rond !  

 

Sans évoquer  :

. La bonne vingtaine de cadres du réseau France Bleu licenciés ces dernières semaines pour cause de "harcèlement" : comment expliquer cela ? C'est du jamais vu dans ce type d'entreprise, et pourtant ... Aucun écho dans la presse ! Sans doute parce que ces départs sont "éparpillés" sur la carte de France hexagonale. Si le même nombre impressionnant de départs de responsables avait eu lieu au siège, les observateurs et les syndicats et pourquoi pas la tutelle, se seraient sans doute saisis du sujet... 

 

. Ni les résultats qui depuis plusieurs vagues fragilisent la marque. Chacun interprètera les résultats de l'enquête qui concerne l'audience depuis la rentrée de septembre, la "126 000" de Médiamétrie, qui seront publiés dès ce jeudi, le 18 novembre... 

 

. Ce qui mobilise d'ores et déjà les équipes des radios locales et des télés régionales de service public, c'est l'antenne numérique...

 

C’est Roselyne Bachelot qui a mis le feu aux poudres la semaine dernière en assurant aux sénateurs :

"Radio France et France Télévisions vont proposer, ensemble d’ici le mois de mars, une offre numérique de proximité".

Pour la ministre de la Culture il s’agit de booster le rapprochement des radios et télés publiques en région et de contraindre les pédégères de chacune des entreprises concernées à avancer plus vite sur le rapprochement, sur le numérique comme sur les antennes.

Cela doit se faire, dit-elle, via le montage d'un Groupement d’Intérêt d’Entreprise.

Voilà la donc la perception de la tutelle.

 

Sur le terrain, elle est toute autre :

 

Dans la forme : ce dossier réactualise des thématiques qui perdurent au fil des ans … comme par exemple les salaires qui sont plus généreux à France Télévisions qu’à Radio France.

C’est l’une des difficultés qui a d’ailleurs conduit le projet de holding de l'ex ministre Franck Riester, pour l’heure, aux oubliettes.

 

Dans le fond : des cultures d’entreprise bien différentes, y compris sur le plan éditorial, tant coté Infos que Programmes : en région les offres d'antenne comme de web sont de fait assez éloignés.

La radio reste même avec la montée en puissance du web et des réseaux sociaux, le média d’accompagnement et de l'immédiateté, par excellence.

La télévision malgré les progrès technologiques demeure moins agile, et bien évidemment beaucoup plus chère à produire.

undefined

Pour beaucoup en l’état, les 2 composantes apparaissent très difficilement conciliables …

 

A France 3, comme aux 1ères outremer, des équipes sont dédiées au web, des journalistes ne s’occupent que d’internet sans travailler pour le petit écran.

A France Bleu, ce sont les journalistes et les animateurs en région qui écrivent eux-mêmes les articles publiés sur le web : c’est l’idée du « tous contributeurs ».

D’ailleurs ces collaborateurs considèrent que cette tâche, supplémentaire à leur métier d’antenne, n’a jamais vraiment été valorisée sur le plan salarial.

Le succès de francebleu.fr est tout de même dû également à sa rédaction nationale dédiée au web et à quelques coordinateurs numériques qui ont en charge, chacun, l’appui de plusieurs stations en région.

 

La CGT à France Télévisions dénonce un projet  "assez peu réaliste tant les enjeux organisationnels, techniques et sociaux sont épineux. Sans parler des moyens qui font cruellement défaut, à telle enseigne que FTV a repoussé le calendrier de déploiement du projet de régionalisation".

 

Pour le SNJ à Radio France :

"L'idée de ce GIE n’est qu’une manœuvre pour contourner, pour l’instant, les contraintes (notamment salariales) d'une fusion. Le site de France Bleu -et son succès- sont le fruit du travail (quasi bénévole et souvent en dehors de normes de durée de travail) du personnel de Bleu, et de rien d'autre...

Il y a des sites internet sans radio, mais il n'y a plus de radios puissantes sans numérique fort. 

Toute dilution de francebleu.fr est donc une faute stratégique, potentiellement fatale à la chaîne".

 

Toujours est-il que la réelle problématique pour rester au service des publics se loge sans doute ailleurs : la gestion des, désormais, incontournables Réseaux Sociaux.

 

Qu'il s'agisse des antennes ou des sites web des stations de radio comme de télé, que les marques soient soient unies, ou non.

 

e-crossmedia, le 15 novembre 2021.

Logo d'e-crossmedia Pour découvrir nos autres actualités cliquez ici !