Le texte e-crossmedia stylisé
Sorry its not set :(

 

"La Marche du siècle" est numérique,

c’est une bataille mondiale essentielle,

mais elle est quasi absente de l’élection.

Jean-Marie Cavada,

Président de l’Institut des Droits Fondamentaux Numériques et de l’OGC.

Sorry its not set :(

 

Journaliste, grand dirigeant d’entreprises de l’audiovisuel public comme RFO et Radio France, puis Député européen, Jean-Marie Cavada préside aujourd’hui l’Institut des Droits Fondamentaux Numériques.

 

Vous l’homme de "la Marche du siècle", quel regard portez-vous sur cette campagne de la Présidentielle ?

Jean-Marie Cavada :

"C’est une campagne électorale sous boisseau, avec la pandémie d’abord puis, comme si ça ne suffisait pas, la guerre en Ukraine.

Nous n’avons pas eu d’émissions qui traitaient des thèmes de campagne. Sorry its not set :(

 

Pour moi il y avait une douzaine de thèmes importants pour les 5 ans à venir à traiter un par un.

Même si ce n’est pas forcément porteur d’audience, la démocratie est plus importante que l’audience…

Et surtout il a manqué un regard des pays étrangers qui ont à traiter les mêmes problèmes que nous. Ont-ils réussi à les résoudre ou pas, et comment ?

La matière "programmatique" n’a pas été beaucoup traitée.

 

Il y a, parmi les thèmes, le devenir de l’audiovisuel public …

Je ne suis pas attaché, comme à une vache sacrée, à la redevance telle qu’elle est maintenant.

La modification du mode de financement ne me gênerait pas à une condition : il faut, comme en Allemagne ou en Grande Bretagne que les chefs d’entreprise aient une visibilité au-delà d’une année.

L’état français s’est gaussé des contrats d’objectifs et de moyens que j’ai toujours refusé de signer à Radio France il y a une vingtaine d’années.

Parce qu’on voit très bien les objectifs mais on attend toujours les moyens ! Il faut un contrat cadre sur 4 ou 5 ans, incluant d’ailleurs l’inflation.

 

La candidate du Front National considère que Arte et France 24 suffiraient …

Alors là …

C’est vraiment digne de ce que je pense d’elle, ça ressemble plus à une vengeance qu’à un regard objectif.

Notre pays a besoin d’audiovisuel privé, il est là.

A 13 et 20 heures l’information y est de qualité, mais à part dans des moments tout à fait exceptionnels comme la campagne électorale, l’info sera reléguée après 23 heures,

ou ne le sera pas.

L’audiovisuel public doit avoir comme première fonction celle de l’information.

Si Marine Le Pen vend tout au privé, comme elle le propose, elle ne sera pas plus tranquille pour autant !

Pour moi, c’est nul et non avenu.

 

S’agissant du numérique vous avez porté comme député européen l’adoption en 2019 d’une directive sur Le droit voisin.

Les plateformes numériques doivent rémunérer les éditeurs et agences de presse pour l’utilisation de leurs contenus. Sorry its not set :(

La France a été la première des 27 à la transposer, le président sortant l’a d’ailleurs souligné avant-hier sur France 5 …

Ce qu’a dit le Président français sortant est dans la droite ligne de conversations que j’ai pu avoir avec lui :

il faut maintenant une continuité pour faire respecter la loi.

Mais c’est compliqué …

Google par exemple a mis en avant son propre "regard" pour la contourner en proposant des "engagements".

C’est comme si je commetais un excès de vitesse et que je disais au policier  : "votre code de la route ne me convient pas, voilà mes engagements pour le modifier, et voilà ce que je ferai, moi".

Avec en prime une proposition de Google de payer les avocats en cas de conflit …

On rigole !

Il faut donc une continuité de la volonté de l’état pour faire respecter les lois en matière de partage de richesses par les plateformes : elles ne payent pas les entreprises de presse dont elles publient les contenus, à leur juste niveau.

 

Vous dites que personne ne peut être contre le numérique dans nos civilisations, mais que les monopoles issus de son exploitation sont sauvages et dangereux.

A commencer par les réseaux sociaux …

Sorry its not set :(La candidate du RN a jugé "liberticide" la suppression de l’anonymat sur Facebook, Twitter etc

Elle survole la question.

D’abord l’anonymat total n’existe pas. 

On sait très bien, en la recherchant, retrouver la personne qui envoie un message illégal, illicite, de harcèlement, d'homophobie, de racisme etc …

Mais il faut savoir que l’extrême droite aime bien les réseaux sociaux.

C’est un de ses porte-voix puisqu’elle y est libre de s’exprimer.

Moi je prêche pour que les plateformes aient un statut de "média" avec la responsabilité et la liberté qui en découlent :

on ne peut pas avoir de liberté sans responsabilité.

 

Globalement sur cette thématique du numérique vous dites qu’il faut investir massivement, comme dans les années 60 pour la dissuasion nucléaire …

C’est exactement le même niveau, c’est une question de souveraineté du continent européen en général et de la France en particulier.

Sorry its not set :(

D’un point de vue défensif, nous avançons sur les régulations.

Il faut, concernant le marché comme à propos des responsabilités individuelles, que tout ce qui est interdit dans la vie réelle le soit aussi dans ce monde "virtuel".

Mais il faut aussi un aspect offensif, essayer de construire des grands groups numériques européens de taille comparable à celles des Américains et des Chinois.

Il faut leur grignoter des parts de marché, investir massivement et cesser de saupoudrer sur cinquante entreprises.

Il faut choisir celles qui sont les plus pertinentes et les aider à fond, en veillant qu’elles ne deviennent pas à leur tour des structures en situation de monopole !

 

Pour conclure …

La place du numérique a été à peine évoquée dans la campagne, c’est un regret ?

Le Président sortant est celui qui l’a sans aucun doute le mieux considéré. L’espace de régulation auquel il tient est le bienvenu.

Mais l’exécutif doit veiller à ce que les lois votées par le parlement de la Nation soient appliquées.  Ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui.

Il sera très important qu’après la Présidentielle et les législatives tout soit remis sur la table, que les lois soient durcies s’il le faut, mais surtout que soit lancée une importante politique d’investissements."

 

e-crossmedia, le 20 avril 2022

 

 

 

Pour découvrir nos autres interviews cliquez ici !