Le texte e-crossmedia stylisé

 

Les artistes impliqués par le conflit en Ukraine… Invité : Philippe Gault.

Radio Classique. Antenne + web :

la complémentarité en temps de guerre.

 

 

Dédiée à la musique de dite de patrimoine, Radio Classique – filiale depuis 2008 du Groupe Les Echos, pôle média de LVMH - accompagne ses auditeurs avec une promesse : « Et votre journée devient plus belle ! ». La matinale est dédiée à l’actualité en général. Le flux de l’antenne est ensuite musical, convivial. Un flash d’info chaque heure mais surtout de l’accompagnement élégant, rythmé, accessible au plus grand nombre : l’empathie avec le public est la règle avec de courtes interventions au micro, à la différence de sa grande concurrente historique France Musique, dont la grille est plus éditorialisée.

Depuis le 24 février, les journalistes à l’antenne suivent, comme toutes les rédactions, les évènements. Les animateurs au fil de leurs émissions racontent, eux aussi, les évènements qui impliquent les artistes.

Depuis 2 ans, les acteurs de l'antenne sont très en lien avec l’équipe en charge du site de la station, dont Philippe Gault.

 

Depuis le début de l’intervention militaire russe en Ukraine, l’actualité ne manque pas. Nous publions plusieurs articles chaque jour.

Il y a ce danseur Oleksii Potiomkin qui a pris les armes. On l'a vu danser Casse Noisette au Théâtre des Champs-Élysées en décembre 2019 et il a dansé comme soliste, avec le Royal Winnipeg Ballet au Canada et le Ochi International Ballet au Japon.

Il poste des photos sur Istagramm, en treillis, fusil-mitrailleur à l’épaule, souvent auprès de son fils Misha, né de son union avec Jane Korshunova, elle aussi danseuse et directrice d’une école danse de Lviv.

Un seul message accompagne ces photos touchantes : « Notre bel avenir est chez nos enfants ».

 

.

Le monde de la danse déplore déjà également le décès d’un ex- étoile de 43 ans de Kiev, mort des suites de ses blessures après un bombardement.

Le français Laurent Hilaire a quitté, lui, la direction du théâtre Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko de Moscou où il dirigeait les 120 danseurs de la compagnie depuis janvier 2017.

Il y a aussi ces multiples musiciens et chanteurs qui jouent sur internet, comme pendant le 1er confinement, mais cette fois depuis leurs abris anti-bombardements.

Et puis...

L’immense chef d’orchestre Valery Gergiev, proche de Vladimir Poutine, s’est trouvé l’un des premiers dans l’œil du cyclone.

Après avoir été « démissionné » du Festival de Verbier dont il était le directeur musical, l’Orchestre Philharmonique de Munich l’a aussi écarté.

L’institution bavaroise a pris cette décision après avoir constaté l’absence de réponse du maestro à la demande de prise de position contre l’intervention russe qui lui avait été faite.

 

Et puis il y a aussi eu les déclarations du pianiste virtuose Boris Berezovsky le 10 mars sur une chaîne de télévision publique russe qui ont provoqué une vague d’indignation…

 


Ça s’est passé le 10 mars, mais on ne l’a appris que 5 jours plus tard.

Même un général de l’armée russe à ses côtés en plateau a semblé choqué par ses propos : pour lui il fallait couper l’électricité aux ukrainiens pour être plus efficace !

J’ai moi-même fait traduire par des amis russes ses propos pour être certains de bien comprendre l’énormité de ses paroles. A posteriori en effet, il avait précisé qu’il ne cautionnait pas cette guerre.

https://www.youtube.com/watch?v=NsD2F4JeyqY&t=3s

 

On n’est pas près de le revoir sur une scène européenne, il tournait beaucoup den France.

René Martin, le directeur artistique de la folle journée à Nantes, et des festivals de La Roque d’Anthéron et de La Grange de Meslay, a écrit sur Facebook que les « artistes qui se sont positionnés en faveur du régime imposé par Vladimir Poutine » ne seront plus invités dans ces manifestations musicales.

 

Vous traitez, sur le web mais également donc à l’antenne, l’actualité générale et tragique de cette guerre en anglant sur votre thématique,

la culture, la musique, la danse, les artes en général …

 

De 19 à 20 heures ce dimanche justement avec Guillaume Durand dans l’émission « bande à part » que je produis, nous recevons Jean-Jacques Annaud pour son film « Notre Dame brûle » qui est en salle depuis 5 jours…

Nous parlerons évidemment avec lui aussi de son ancien long-métrage « Stalingrad ».

Impossible de ne pas faire le parallèle avec ce qui se produit ces jours-ci à Kiev !

Il y a aussi le théâtre de Marioupol qui a été touché, les musiciens de l’orchestre d’Odessa devant les murs de sacs de sable devant l’opéra qui tentent de se protéger …

Le lien est vite fait entre l’actualité et la vie artistique.

 

 

 

 

 

Tout cela s’inscrit déjà dans l’histoire …

 

Il se trouve en effet qu’il y a 90 ans, le 16 mars 1932 à l’occasion d’une grande tournée européenne,

Maurice Ravel donnait à Lviv le concerto en sol qu’il venait de composer avec au piano Marguerite Long, qui l’accompagnait.

Une grande complicité s’est établie entre eux, et l’étourderie de Ravel a marqué la virtuose :

« Il perdait ses bagages, sa montre, son billet de chemin de fer, le mien, gardait son courrier dans sa poche, le mien aussi, ce qui donnait lieu à de fâcheuses mésaventures.

Nos départs étaient inénarrables. Je me demandais toujours comment nous arriverions à attraper le train ». 

C’est ce type d’histoire, dans la grande histoire, que racontent les animateurs au micro et que les auditeurs, dorénavant tout autant internautes pour la plupart, peuvent relire.

 

 

 

 

 

 

 

e-crossmedia le 20 mars 2022

Pour découvrir nos autres interviews cliquez ici !