Le texte e-crossmedia stylisé

Actualités d'e-crossmedia

Témoignages du web, de la radio, de la télé, de la com, et de la formation.

France Antilles : le numérique est le plan B de la presse écrite ! « Sans le digital, avec cette crise, nous serions coupés du monde » déclare à e-crossmedia le PDG Claude Perrier. (le 28-11-2021)

Claude Perrier, PDG du quotidien France Antilles, prépare ce dimanche 28 novembre avec ses équipes les journaux qu’il espère pouvoir distribuer à nouveau … le plus vite possible !

Depuis plusieurs jours, du fait des troubles violents qui embrasent les 2 territoires, le quotidien n’est 

plus disponible dans sa version papier. Les routes sont coupées par des barrages de manifestants tant dans l’archipel de Guadeloupe que sur l’ile de la Martinique.

 

Les camions qui livrent les journaux au plus près des lecteurs ne peuvent plus accéder aux points de vente. Paradoxalement l’actualité brulante suscite évidemment un fort appétit d’info de proximité.

 

 

Claude Perrier : "25 000 journaux ont été bloqués ce weekend du fait des manifestations, on a réussi à en acheminer tout de même 3 000 exemplaires jusqu’à des supermarchés.

Les gens se les sont arrachés !"

 

 

 

e-crossmedia : Alors pour conserver le lien avec vos lecteurs, vous 

misez sur le web…

 

Claude Perrier : "Mes équipes sont mobilisées, nos reporters sont sur le terrain. Faute de journal traditionnel dans sa version papier, leur travail n'est en effet lu ces jours-ci que grâce au digital.

Les antillais s’informent en lisant leur France Antilles sur leur smartphone, leur tablette ou leur ordinateur.

 

C’est fondamental pour continuer à occuper le terrain de l’info, en complémentarité des confrères de l’audiovisuel que sont RCI en radio et internet coté privé, et évidemment les 1ères -radio tv web- coté service public. Mais commercialement ça ne peut pas durer :

notre offre exceptionnelle via internet en PDF sur l'appli est gratuite, ça ne fait pas vivre une entreprise… 

 

Surtout qu’il reste une forte appétence au papier. Dans notre projet de développement, nous allons 
d’ailleurs imprimer. localement Le Monde ou L’Équipe entre autres, en plus de nos propres publications. Mais le web apparait en effet comme un complément aujourd’hui incontournable.
 

Cela peut être utile d’ailleurs pour d’autres raisons que des troubles sociaux, comme les jours d’ ouragans, ce que connaissent régulièrement les Antilles." 

 

e-crossmedia : Du coup la reconstruction que vous avez lancé depuis plus d’un an en engageant le journal vers le numérique, et donc en actualisant le savoir-faire des collaborateurs, s’avère vertueuse …

 

Claude Perrier : "Quand je suis arrivé, le journal était mort et petit à petit depuis un an et demi on avance. On a déjà reconstruit un journal, et on se met de plus en plus aussi à la vidéo et à l’audio.

Je revis un petit peu ce que j’ai connu, après avoir dirigé le réseau France Bleu,

quand j’ai pris la direction de La Provence et qu’il n’y avait pas de web. Il faut former les collaborateurs …

Ici, nous avons déjà 8 millions de pages vues et 2 millions de visiteurs uniques : ce n’est pas rien, surtout quand on part de zéro ! 

Hier samedi, quand à 5 heures du matin les camionneurs nous ont annoncé qu’ils ne pouvaient plus livrer les journaux aux points de vente, j’ai réuni mon équipe de direction.

Il faut trouver des solutions, être souple, inventer. Ils ont tellement eu peur il y a 2 ans que ce journal en faillite ne reparaisse plus qu’ils sont motivés, je les en remercie.

Ce genre d’épreuve, ça soude !

 

Quand Xavier Niel m’a demandé de porter la renaissance de ce titre prestigieux qu'était France Antilles,

je n’imaginais pas que ce serait si compliqué.

Mais c’est une aventure humaine et professionnelle extraordinaire.

Espérons qu'avec l'arrivée du ministre la situation se stabilise vite.

Et que la version papier de nos journaux puisse être à nouveau distribuée rapidement.

J'espère mardi ..."

 

e-crossmedia, le 28 novembre 21.

Voir l'article

100 ans de la radio , c'est ce weekend ... Yvonne Brothier, le 26 nov 1921 : la première voix radio-diffusée en direct au monde, et c'est en France . (le 27-11-2021)

Fascinante lecture !

Celle de l’Intransigeant du 29 novembre 1921 …  

L'événement historique ne saute pas aux yeux, mais l'actualité résonne à nos oreilles !

 

A la rubrique « Grand Problème » il est en effet question de l’Angleterre.

Rosy-Aine de l’Académie Goncourt écrit :

 

« Si le monde n’avait plus besoin des pro

duits du travailleur anglais, rien ne pourrait sauver celui-ci, sinon l’émigration. Car, la terre britannique est trop petite pour nourrir les hommes qui l’habitent ».

 

A la Une aussi les préparations des J O de Paris 1924 : « 

Les Jeux Olympiques attireront au bas mot 100 000 personnes, où les logera-on 

Les immeubles édifiés devraient être aménagés en hôtels pendant une année, après quoi ils deviendraient des maisons d’habitations louées, soit à loyer normal soit à des familles nombreuses ».

 

Fin novembre aussi est voté le budget 1922 et des budgets 

de dépenses : en tête ceux des ministères de l’hygiène -donc la santé-, du commerce et de l’intérieur.

Et puis ce jour-là au procès Landru, l’avocat général requiert la peine capitale …

Ces articles font tant écho à notre époque, pile cent ans plus tard !

Et c'est au beau milieu de la Une du journal que se trouve en réalité l’info la plus révolutionnaire, la naissance de la radio !

 

En ces jours de fin novembre 1921, la première émission de radio au monde est en effet réalisée.

Elle n’est écoutée que par quelques 200 personnes présentes ce soir-là à l’Hôtel Lutétia de Paris.  

Ils fêtent le centenaire du pionnier de l’électricité Ampère….  

"Messieurs, la fée électricité est une personne éthérée qui ne saurait, malgré son désir, lever son verre à votre santé.

Subtile, pour s’en excuser, elle vous ménage une surprise" dit un maitre de cérémonie .

 

Derrière des pots de fleurs sont cachés des haut-parleurs.

Surgit à leurs oreilles la voix d’une cantatrice de l'Opéra Comique :

La Marseillaise , un air du Barbier de Séville de Rossini,  la valse de Mireille de Gounod …

Comme par enchantement Yvonne Brothier illumine leurs oreilles.

 

 

L’émission vient d’un village à 45 kilomètres de là, au sud-est de Paris, 

depuis un château en bord de Seine près de Melun.  

A Seine Port, au Château de Sainte-Assise, un centre radioélectrique vient d’être inauguré, il est alors le puissant du monde avec trois stations : une pour les communications européennes, une 

pour les communications transocéaniques et une pour les communications avec Londres et Madrid. C’est la réelle première émission de radio en direct, et elle a lieu en France !

 

 

Ce moment historique n'a pas été enregistré, mais voici Yvonne Brothier ici :

 

 

 

Globecast, filiale d'Orange est désormais, un siècle plus tard, le propriétaire de ce site appelé "Téléport" (transmission vers les satellites de télécommunication) à 

 

Sainte-Assise - Seine Port.

C'est un parc d'antennes paraboliques de 4 à 16 mètres de diamètre.

Elles diffusent ces jours-ci, comme il y a cent ans,  des actus qui concernent l'Angleterre, les budgets de santé publique, les JO à venir à Paris, et aussi des tragédies à la Landru ...

Quand les franciliens passent sur l’autoroute A6 et se demandent à quoi peuvent bien servir ces installations, qu’ils songent que ...

C'est en ce lieu qu'est née, vraiment, la radio.

Il y a pile 100 ans.

 

e-crossmedia, le 27 novembre 2021.

Voir l'article

NRJ toujours plus en mode cross média ? FM, Web et TNT Avec les NMA ce weekend ,la force de frappe potentielle apparait toujours plus forte ... (le 20-11-2021)

"De la musique, des délires, des défis et la venue de stars":

c’est la promesse de Cauet tous les jours à la radio de 15 à 20 heures sur NRJ.

 

4 eme radio de France en audience cumulée, la station crée par Jean Paul Baudecroux est stable d'un an sur l'autre à 8,4% suivant les sondages publiés il y a 3 jours par Médiamétrie.

 

L'émission de Sébastien Cauet est l'un des rendez-vous phares de la station Hit Music Only, avec la matinale de Manu.

 

Cauet, vedette et producteur depuis longtemps du petit écran penserait,  dit-on, proposer une partie de son émission radio en quotidienne en co-diffusion sur NRJ 12.

 

Pour l’instant, seuls les "meilleurs moments" montés en plages vidéo de 52 minutes,

la carrure traditionnelle en télévision, sont diffusés sur la TNT à la mi journée le samedi.

 

Visible également sur le web : https://www.nrj-play.fr/nrj12/replay/c-cauet-le-meilleur-episode-77

 

La captation est expurgée des écrans pubs qui ponctuent l'émission en FM.

Chacun jugera, mais il y a une réelle  valeur ajoutée à assister au show par l'image.

Ce weekend du 20 novembre est tout de même singulier :

Avec le NMA, le rendez-vous annuel d’NRJ avec TF1, c'est l’un des enjeux de notoriété de l’année.

En amont de l’évènement ce samedi soir en direct du Palais des Festivals à Cannes

l'idée de complémentarité entre radio et télé semble s'être affirmée.

 

 

Naturellement, sur la FM, le vendredi 19 novembre est consacré, depuis le magnifique studio radio du rez-de chaussée du siège d’NRJ Group rue Boileau à Paris, au teasing de l’émission TV diffusé le lendemain en prime sur TF1.

Et si c'était un avant-gout, un ballon d'essai toujours plus évident?

 

En co-diffusant une partie de l'émission de Cauet en FM en access prime-time à la télévision,

NRJ Group pourrait cartonner en alliant la puissance de son audience radio à celle de sa chaine NRJ 12, sans oublier bien le podcasts sur au web.

 

Cette offre cross-media ferait face aux premières parties de "TPMP" de Cyril Hanouna sur C8 et de "Quotidien" de Yann Barthès sur TMC.

 

Et les groupe Canal et TF1 n'ont pas, eux, de co-diffusion pressentie pour l'heure en radio...

 

e-crossmedia, le 20 novembre 2021.

Voir l'article

Avec une audience globale de la radio toujours plus faible la seule station en conquête en cette rentrée 2021 : France Info (le 18-11-2021)

Toujours moins d'auditeurs pour la radio...

C'est ce que montre ce matin Médiamétrie qui publie son étude dite "EAR",

l'évolution de la traditionnelle vague "126 000", sur la période septembre-octobre 2021.

 

Manifestement les entreprises peinent à s'adapter aux modes de consommation des médias : difficultés de positionnement stratégique pour prendre en compte la révolution des réseaux sociaux qui rebattent toutes les cartes ...

 

Et en termes de RH en interne, difficulté pour faire évoluer les savoir-faire des équipes afin

 

d'épouser l'époque et donc se donner les moyens d'être toujours en conquête d'un large public.

 

Les généralistes sont toutes à la peine, les musicales aussi.

 

L'exception c'est "franceinfo : "

 

A 9% d'audience cumulée la radio d’information continue de Radio France est la seule offre du paysage radiophonique français à réellement bien tirer son épingle du jeu en cette rentrée 2021.

 

info.PNG

Dans le fond franceinfo : est une radio thématique.

Mais dans la forme elle a su devenir une antenne d’accompagnement, fluide, colorée.  La rythmique sonne moins anxiogène. Les présentateurs soignent la valorisation de leurs contenus et tiennent leurs auditeurs par la main.

Mais si ce n’est plus un média froid, la promesse est respectée.

Quoi qu’il arrive l’équipe casse l’antenne pour focaliser sur l’événement : l'immédiateté c'est la rythmique des réseaux sociaux. Solidement installée sur la 3ème marche du podium des radios en France la station est par ailleurs le socle du global-média à marque unique formé avec France Télévisions. A la lecture de ce sondage en effet : "out est plus clair".

France Inter demeure toutefois leader mais enregistre - 0,7%¨ en cette rentrée.

 

 RTL reste 2ème mais en perdant 0,4%.

 

Une offre généraliste du service public résiste de façon plus qu’honorable :

France Bleu est 6ème radio de France.

Le réseau des 44 radios locales de Radio France sait fidéliser son public en région :

 6, 2 % en audience cumulée, seulement 0,1 % de moins qu'il y a un an.

La durée d'écoute s'améliore, et les stations de proximité sont même, de ce point de vue, devant NRJ. Décidément la proximité a sa raison d’être et mériterait d’être sans doute mieux considérée...

RMC perd à nouveau un demi point à 5,6 %,

 

Comme Europe 1 désormais à seulement 4,4%

 

France Culture est stable à 2,9%. Mais son audience numérique est un réel succès : les podcasts sont une belle recette pour ce type d'offre, meilleurs que l'antenne de flux.

 

Du coté des radios musicales, l’érosion se poursuit : décidément la musique n’attire plus les auditeurs, au profit des offres de streaming sur internet.

 

 

NRJ, toujours 4ème radio de France en audience cumulée perd 0,8 % en un an.

Les marques du même groupe destinée à un public plus adulte résistent mieux : Nostalgie et Chérie sont stables.

 

Skyrock résiste bien à 6,4 %, pionnière avec ses "skyblog" de la complémentarité sur internet,

elle est 5eme radio de France : le positionnement sur le rap et les musiques urbaines font aussi son succès.

 

Virgin et RFM du groupe Lagardère perdent, elles chacune un demi-point.

 

Pour le groupe M6 : RTL2 est stable à 4,4%, mais FUN dégringole  à 3,2%.

 

FIP est stable.

 

France Musique prend un peu de terrain et fait jeu égal avec sa concurrente Radio Classique à 1,7%

De là à penser, à la lecture de ce sondage...

. Que les "consommateurs" de radio ne viennent que pour y trouver ce qui n’est pas disponible sur internet … Et que donc, les podcasts ont décidément le vent en poupe.

. Que l'union Web Audio Vidéo est une réalité aujourd'hui incontournable ...

. Et aussi que la prise en compte de l’évolution du mode de consommation des médias est urgente.

 

Les sites web de chaque stations vont finir par faire plus d'audience que les antennes elle-mêmes ! La priorité est de travailler les incontournables réseaux sociaux pour y valoriser les offres des antennes, et en cela repartir à la conquête des auditeurs.

 

e-crossmedia, le 18 novembre 2021.

Voir l'article

Projet de site Web de proximité France Bleu-France 3 ? Un GIE pour réformer, quoi qu’il en coûte ? Pour le ministère de la culture, pas pour les syndicats … (le 15-11-2021)

Épineux ... le tout nouveau et très chaud dossier dont hérite Michel Cascuiani !

Le patron de la Direction des Ressources Humaines, tout récemment nommé à Radio France,

a l’expérience des affaires délicates et doit donc être bien armé.

Il y a quelques mois, il a en effet dû gérer les conséquences de la liquidation judiciaire de Presstalis, l’organisme qui distribuait partout en France la presse écrite.

Ce DRH va sans doute vite devoir prendre conscience que la radio publique ne se produit pas qu’à la maison ronde, et que justement c'est en région que ça ne tourne pas rond !  

 

Sans évoquer  :

. La bonne vingtaine de cadres du réseau France Bleu licenciés ces dernières semaines pour cause de "harcèlement" : comment expliquer cela ? C'est du jamais vu dans ce type d'entreprise, et pourtant ... Aucun écho dans la presse ! Sans doute parce que ces départs sont "éparpillés" sur la carte de France hexagonale. Si le même nombre impressionnant de départs de responsables avait eu lieu au siège, les observateurs et les syndicats et pourquoi pas la tutelle, se seraient sans doute saisis du sujet... 

 

. Ni les résultats qui depuis plusieurs vagues fragilisent la marque. Chacun interprètera les résultats de l'enquête qui concerne l'audience depuis la rentrée de septembre, la "126 000" de Médiamétrie, qui seront publiés dès ce jeudi, le 18 novembre... 

 

. Ce qui mobilise d'ores et déjà les équipes des radios locales et des télés régionales de service public, c'est l'antenne numérique...

 

C’est Roselyne Bachelot qui a mis le feu aux poudres la semaine dernière en assurant aux sénateurs :

"Radio France et France Télévisions vont proposer, ensemble d’ici le mois de mars, une offre numérique de proximité".

Pour la ministre de la Culture il s’agit de booster le rapprochement des radios et télés publiques en région et de contraindre les pédégères de chacune des entreprises concernées à avancer plus vite sur le rapprochement, sur le numérique comme sur les antennes.

Cela doit se faire, dit-elle, via le montage d'un Groupement d’Intérêt d’Entreprise.

Voilà la donc la perception de la tutelle.

 

Sur le terrain, elle est toute autre :

 

Dans la forme : ce dossier réactualise des thématiques qui perdurent au fil des ans … comme par exemple les salaires qui sont plus généreux à France Télévisions qu’à Radio France.

C’est l’une des difficultés qui a d’ailleurs conduit le projet de holding de l'ex ministre Franck Riester, pour l’heure, aux oubliettes.

 

Dans le fond : des cultures d’entreprise bien différentes, y compris sur le plan éditorial, tant coté Infos que Programmes : en région les offres d'antenne comme de web sont de fait assez éloignés.

La radio reste même avec la montée en puissance du web et des réseaux sociaux, le média d’accompagnement et de l'immédiateté, par excellence.

La télévision malgré les progrès technologiques demeure moins agile, et bien évidemment beaucoup plus chère à produire.

undefined

Pour beaucoup en l’état, les 2 composantes apparaissent très difficilement conciliables …

 

A France 3, comme aux 1ères outremer, des équipes sont dédiées au web, des journalistes ne s’occupent que d’internet sans travailler pour le petit écran.

A France Bleu, ce sont les journalistes et les animateurs en région qui écrivent eux-mêmes les articles publiés sur le web : c’est l’idée du « tous contributeurs ».

D’ailleurs ces collaborateurs considèrent que cette tâche, supplémentaire à leur métier d’antenne, n’a jamais vraiment été valorisée sur le plan salarial.

Le succès de francebleu.fr est tout de même dû également à sa rédaction nationale dédiée au web et à quelques coordinateurs numériques qui ont en charge, chacun, l’appui de plusieurs stations en région.

 

La CGT à France Télévisions dénonce un projet  "assez peu réaliste tant les enjeux organisationnels, techniques et sociaux sont épineux. Sans parler des moyens qui font cruellement défaut, à telle enseigne que FTV a repoussé le calendrier de déploiement du projet de régionalisation".

 

Pour le SNJ à Radio France :

"L'idée de ce GIE n’est qu’une manœuvre pour contourner, pour l’instant, les contraintes (notamment salariales) d'une fusion. Le site de France Bleu -et son succès- sont le fruit du travail (quasi bénévole et souvent en dehors de normes de durée de travail) du personnel de Bleu, et de rien d'autre...

Il y a des sites internet sans radio, mais il n'y a plus de radios puissantes sans numérique fort. 

Toute dilution de francebleu.fr est donc une faute stratégique, potentiellement fatale à la chaîne".

 

Toujours est-il que la réelle problématique pour rester au service des publics se loge sans doute ailleurs : la gestion des, désormais, incontournables Réseaux Sociaux.

 

Qu'il s'agisse des antennes ou des sites web des stations de radio comme de télé, que les marques soient soient unies, ou non.

 

e-crossmedia, le 15 novembre 2021.

Voir l'article

"La Réunion vs le reste de l'océan" un jeu de séduction entre jeunes adultes comme à la Tv... Mais sur Instagram, l’écran plébiscité par la cible. (le 12-11-2021)

26 ans, originaire de Guadeloupe, mr_preestige fait un carton depuis quelques jours sur le web !

Sa communauté de dizaines de milliers de millénials se retrouvent plusieurs fois par semaine sur son réseau social Instagram (113k abonnés) pour un jeu,inspiré des Anges, ou des Marseillais.

Il s’adresse particulièrement aux jeunes gens de l’Océan Indien, de la Caraïbe et aussi aux ultramarins de métropole.

 

 

Instagrameur, il est bel et bien sur LE média qui touche les ados et les jeunes adultes.

Ils désertent toujours plus le petit écran traditionnel pour lui préférer ceux de leur smartphone ou de leur PC.

Ce n’est pas qu’une question d’outil . Ils y trouvent les offres qui leur parlent, qui leur correspondent.

Ce bogosse est influenceur sur Internet.

 

 

Il reçoit chaque jour des tenues de sport, des survêtements très tendance, les essaie en se filmant dans des vidéos.

mr_preestige danse, se met en scène : de la pub pas franchement revendiquée, même si les marques de streetwear sont très mises en avant, qui touche droit au cœur les viewers de son compte sur Insta.

 

Pour dynamiser son audience, il a l'idée de créer un jeu.

Immédiatement, de nombreuses jeunes filles ,et jeunes hommes, se portent candidats.

Alors, à la manière d’une société de production professionnelle, il choisit les profils :

il faut qu’ils soient majeurs, avec de fortes personnalités, leur look doit évidemment attirer l’attention.

Ensuite, c'est comme pour tout programme de téléréalité diffusé sur la TNT : l’histoire se construit d’elle-même, d’émission en émission.

Les participants au jeu se présentent, séduisent, ou pas, à chaque diffusion.

4 candidats appariassent ensemble à l’écran, c’est à celui qui saura le mieux chambrer l’autre.

Et les internautes votent !

Celle-ci reste, celui là s'en va ... Comme à la télé. Mais c'est entre communauté. Sur un réseau social.

Çà ne coute rien à produire, mais ça draine une audience. L'audience ...

 

 

C’est de la Réunion, de Maurice et de Madagascar que les candidats ont été les plus nombreux pour la 1ère édition.

L’idée pour la seconde saison qui vient de débuter c'est que le jeu les oppose cette fois à des jeunes gens de la Guadeloupe,  de la Martinique ou de Guyane !

Évidemment, puisque tout se fait en direct, il y a la contrainte du décalage horaire : 8 heures de différence.

Le jeu est donc programmé en fin d’après-midi pour l’océan Indien quand les jeunes gens sont très disponibles, c’est-à-dire en pleine matinée coté Atlantique ce qui est moins évident pour se libérer.

N’empêche l’audience est là et augmente, encore et toujours !

Le projet d’inclure pour une prochaine édition les outremers du Pacifique le séduit - la Polynésie Française, la Nouvelle Calédonie et Wallis et Futuna - mais pour le coup pour les horaires ce serait encore plus compliqué !

"Je fais tout, seul. Même si une amie m’aide pour s’occuper des candidats qui participent au jeu".

mr_preestige, manie l’outil numérique à la perfection.

Il mixe les fenêtres vidéo des participants en direct, habille le programme avec des incrustations : le programme est réalisé depuis un studio installé, chez lui. 

"Si une chaine de télé voulait diffuser mon jeu, ne je dirais pas non, bien sur … ".

 

En attendant il s’investit sur le media qui lui assure de toucher sa cible, en travaillant à sa manière la proximité affective entre les jeunes ultramarins.

Au fond, c’est la culture créole qui est au cœur de sa stratégie, qui singularise  les habitants de ces territoires, surtout plus fortement encore à l’heure de la mondialisation, d’internet et donc des réseaux sociaux.

 

e-crossmedia, !e 12 novembre 2021.

Voir l'article

« Radio France et France Télévisions vont proposer,ensemble, une offre numérique de proximité ». Roselyne Bachelot veut un rapprochement plus rapide des entreprises de l’audiovisuel public ! (le 10-11-2021)

«Il faut en penser quoi ?» se demande ce matin sur Facebook un animateur de France Bleu en Normandie qui vient d’apprendre la nouvelle.

Une coordinatrice numérique du réseau des radios locales de Radio France lui répond :

undefined

«N’ayez pas peur !».

C’est en effet toujours la même histoire.

Les gens de radio craignent de tomber sous le joug d’une entreprise de télévision.

C’est regrettable mais c’est un fait : l’image, dans l’inconscient collectif, apparaît plus forte que le son, et quand les 2 activités sont réunies la radio se sent affaiblie.  

Et ce n’est pas propre au service public, c’est la même crainte du côté d’RTL par exemple depuis que la grande station généraliste est intégrée au groupe M6.

Ça concerne l’antenne en premier lieu, mais maintenant aussi le web, évidemment.

 

Du coté du service public, le rapprochement est en marche, et pas seulement depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

François Hollande dès le 17 décembre 2013 jette lui-même son pavé dans la mare dans son discours du 50ème anniversaire de la Maison de la radio.

 

"Nous pourrions par exemple imaginer que France Télévision et Radio France puissent un jour assembler leurs contenus internet dans un grand service audiovisuel numérique. Mais, là, je m'aventure peut-être et je préfère ne pas trancher car Radio France, c'est la liberté. La liberté d'expression pour les journalistes ; liberté de création pour les producteurs, les animateurs ; liberté d'imagination".

 

4 ans plus tard, un premier pas est franchi avec la création du média global franceinfo.

undefined

La radio qui porte avec succès cette marque depuis 20 ans forme un couple avec une nouvelle offre de la télé publique, et le site web commun est le joyau de la corbeille de mariée.

L’annonce de la ministre la culture ce mardi au Sénat n’est donc qu’une nouvelle étape qui concerne cette fois l’action régionale du service public.

Roselyne Bachelot demande aux pédégères de Radio France et de France Télévisions d’avancer plus vite dans le rapprochement entre France Bleu et France 3 . Au delà des antenne FM et TNT elle souhaite attaquer le chantier du web.

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/roselyne-bachelot-annonce-la-creation-d-un-grand-media-numerique-de-la-vie

 

 

 

Car le rapprochement avance tout de même du coté des antennes.

21 matinales du réseau Bleu, soit presque la moitié du réseau, sont d’ores et déjà «filmées» et diffusées de 7 à 9 heures sur France 3.

La dernière ouverture en date , le 12 octobre, concerne le sud de la Franche Comté, depuis Besançon.

https://www.facebook.com/francebleubesancon/videos/4432877903448292

 

 

 

D’ici l’été 7 autres stations devraient bénéficier de ce rapprochement, puis 6 supplémentaires d’ici décembre.

Difficile d’évaluer l’impact de cette co-diffusion en termes d’audience coté Radio France, en revanche les chiffres sont disponibles quotidiennement chez France Télévisions.

Les matinales France Bleu, dans les régions où elles sont retransmises en télé, fidélisent beaucoup plus que les Lapins Crétins, les Dalton ou Titeuf proposés par la chaine régionale.

D’aucuns regrettent d'ailleurs que France Télévisions revienne aux dessins animés partout pendant toutes les périodes de vacances : en réalité c'est un non sens !

 

 

Quoi qu’il en soit ... Qu'il s’agisse d’antenne audio,  vidéo,  ou de web, il est indispensable que les investissements soient identiques de la part de tous les acteurs, et pas que dans la forme.

Dans le fond une réelle coopération entre les équipes est indispensable pour l’éditorial par exemple. Alors que les politiques, eux, voient surtout dans ces rapprochements la perspective d'une rationalisation des moyens, une meilleure rentabilité.

 

Et c’est précisément ce que redoutent les équipes, et pas seulement du côté de la radio.

D'ailleurs, des syndicats se mobilisent déjà contre le projet et le calendrier avancés par la ministre, du coté de FTV.

 

Et puis les équipes de francebleu.fr sont fières à juste titre de leur offre.  La proximité mise en ligne est souvent bien plus perspicace que ce que publie France 3.

D'ailleurs le web de France Bleu  bat en permanence des records d'audience, ce qui n'est plus le cas de l'antenne radio ...

 

Le projet de Holding de l’audiovisuel public porté par l’ancien ministre de la culture ayant avorté, l’actuelle locataire de la rue de Valois tente à sa manière d’avancer tout de même dans le même sens, via un GIE, sur le numérique.

Cette structure préfigure à l'évidence pour beaucoup un rapprochement plus systémique des 2 réseaux à l'avenir.

Encore faut-il que les entreprises parviennent à faire évoluer les mentalités en interne pour que, pas seulement d’un point de vue budgétaire, l’union fasse la force.

Et que l'intérêt de service public prédomine.

Que ce dossier ne soit pas conduit, d'abord, pour servir les enjeux de carrière personnels de telles ou tels dirigeant(e)s !

 

e-crossmedia, le 10 novembre 2021.

Voir l'article

Il y a 40 ans, le 9 novembre est votéela libération de la bande FM (le 09-11-2021)

Anniversaire :

c'est en novembre 1981, précisément le 9, que la loi n°81-994 est votée.

C’est le texte qui met fin au monopole public de la radio.

Quelques mois plus tard les émetteurs des stations privées dites "pirates", qui ont fleuri un peu partout depuis des années, ne se seront plus illégales !

 

Naitront ensuite, partout, des ondes associatives, locales, musicales.

Certaines sont devenues des colosses du paysages médiatique.

9 Novembre 81 : c’est donc la date de la décision politique de libérer la bande FM.

 

Jusqu’alors en France métropolitaine seules les généralistes dont les émetteurs en grandes ondes arrosent le pays depuis l’étranger - RTL, Europe 1, RMC, ou Radio Andorre- peuvent être écoutées. Avec bien sur les offres du service public France Inter, France Culture et France Musique, mais pas seulement ...

En fait …

 

C’est 2 ans avant l’élection de François Mitterrand que le pouvoir giscardien, et l’entreprise publique Radio France, sentent le vent venir en observant ce qu’il se passe, surtout en Italie.

De fait en France aussi la profusion d’offres "illégales" prend de l’ampleur.

 
 

Souvent militantes comme par exemple en Lorraine avec les mineurs, ou en Bretagne contre le nucléaire, ou bien encore "libertaires", ou purement locales, ou  musicales, les radios pirates se multiplient sur la bande FM.

 

Histoire vraie : une passionnée de radio qui deviendra par la suite, ironie du sort, dirigeante dans l’audiovisuel public, raconte qu’à l’époque elle rapporte clandestinement un émetteur d’Italie, en cachant une partie de l’appareil sur son ventre comme si elle était enceinte. La douane veille pourtant à Paris sur le quai de la gare de Lyon ...

 

Cela permettra à Gilda la Métropolitaine d’arroser Paris de ses ondes novatrices.

Dans l’équipe : le fils du ministre de François Mitterrand, auteur de la loi de libération de la bande FM !   

 

Le pouvoir craint alors de ne pouvoir maitriser cette libération des ondes qui devient anarchique.

Mais Valéry Giscard d’Estaing n’envisage pas pour autant de loi qui mettrait fin au monopole et organiserait ce qui devient pourtant immaitrisable.

Il demande en revanche au service public, donc à la Pédégère de Radio France Jacqueline Baudrier, de lancer des expérimentations.

 

Il y aura 2 Radios thématiques :

Radio 7 en FM sur l'Ile de France pour le public jeune, et Radio Bleue partout en métropole pour les séniors en Ondes Moyennes.

 

Et puis 3 radios locales :

La première sera dirigée par un matinalier, star de France Inter.

Daniel Hamelin vient de quitter la station nationale et anime pour FR3 une station de radio estivale depuis une péniche amarrée à Deauville.

Fondu de proximité il y invente une nouvelle race de radio publique : la radio locale de proximité.

Quelques mois plus tard il crée Radio Mayenne, la première radio locale de service public à échelle départementale, avant Fréquence Nord à Lille pour la région Nord Pas de Calais,

puis Melun FM dévolue à une agglomération en région parisienne.

Mais …

La veille de l’ouverture de l'antenne de Radio Mayenne le 1er secrétaire du parti socialiste François Mitterrand, pas encore officiellement candidat à l'élection présidentielle, choisit de venir précisément à la fête de la Rose de Laval pour dénoncer la mainmise de l’état sur les ondes y compris, désormais, au niveau local !

Ironie du sort, l’une des premières infos diffusées par la nouvelle radio, puisque les journalistes sont professionnels et qu'ils rendent compte de l’actualité de manière impartiale, est l'interview du futur Président qui met en doute la pertinence même de sa raison d'être !

 

Démonstration de l’enjeu de la libération des ondes, qui parait si lointain aujourd’hui.

Et pourtant cela ne date que d’il y a 40 ans.

 

18 mois plus tard le désormais Président Mitterrand libère, donc, la bande FM.

NRJ, RFM, SKYROCK, and co, prennent leur essor.

Nombre de stations locales et régionales privées s'implantent, le paysage radiophonique est métamorphosé.

C'est avant la naissance, 8 ans plus tard, d'internet ...

 

e-crossmedia, le 9 novembre 2021.

Voir l'article

Pas d’écrans, à l’écran ! (le 08-11-2020)

"Bienvenue dans ce nouveau studio tout beau de franceinfo : !"

dit Marc Fauvelle, ce lundi matin, depuis la Maison de la Radio. 

A la radio , à la télé et en streaming sur le web il accueille à 8 heures 30 son invité, le ministre de l’éducation nationale.  

 

« Masque » c’est le mot du jour.

En ce jour de rentrée scolaire, certains écoliers doivent à nouveau le porter.

Mais c’est aussi l’une des avancées de ce studio flambant neuf : les écrans d’ordinateurs qui servent aux journalistes pour suivre leur conducteur, lire les dépêches et leurs textes préparés en amont sont intégrés à la table.

Ces moniteurs de PC, si disgracieux pour les téléspectateurs sont masqués, et ce n’est pas anodin.

C’est même le signe d’une radio qui revendique pleinement sa co-diffusion en télévision.

Ca ne change rien pour l’auditeur, mais c’est un plus à l’image !

Les murs du studio sont équipés également de LED géants qui permettent de faire évoluer le décor et d’illustrer ce qui est dit par des vidéos, des photos, ou le logo de la chaine.

C’est toujours de la radio qui a sa valeur ajoutée en TV.

 

Un premier pas avait été franchi dès 2017, dès la création du média global "franceinfo :" avec la complémentarité de Radio France et France Télévisions. 

 

Les journalistes"titreurs" en charge, depuis la Maison de la Radio, des flashs toutes les 10 minutes sur certaines tranches : d’emblée leurs interventions avaient été pensées pour être esthétiquement compatibles à l’image.

 

« Bienvenue dans ce nouveau studio tout beau de franceinfo : » dit Marc Fauvelle ce matin depuis la Maison de la Radio en accueillant à 8 heures 30 son invité, le ministre de l’éducation nationale.  

Les 9 radio-télévisions-web de service public ultramarines, les 1ère, ont compris ça depuis plus longtemps et en cela ont été précurseurs. La 1ère matinale radio diffusée en TV du Paysage Audiovisuel Français dès 2010 a commencé à prendre en compte cet enjeu.

Le groupe ALTICE avec RMC a aussi eu la même démarche pour les tranches de radio diffusées sur ses chaines des canaux 23 et 24 de la TNT : la Matinale et les Grandes Gueules. Pour les offres BFM et BFM Business, c'est nativement de la TV dont le son est diffusé en DAB+ et en FM.

D’autres grands médias ont pour l’instant choisi de ne pas faire leur globale révolution de ce point de vue. C’est le cas pour l'action régionale du service de l'audiovisuel public. Les directions de chaine – coté Radio France et France Télévisions –  ne parlent que de « radio filmée » à propos des 22 matinales de France Bleu co-diffusées par France 3.

 

 

De nouveau décors, mais statiques sans écran LED, ont été mis en place, tout comme les éclairages nécessaires pour la captation vidéo.

Mais le téléspectateur voit toujours à l’image des tables de studio avec leurs forêts d’écrans d’ordinateurs, et des intervenants équipés de gros casques HIFI sur les oreilles. Peu d’entre eux ont l’idée de s’équiper d’oreillettes, plus discrètes et plus élégantes en télévision !

Et pendant la diffusion des disques, ce sont des images de la région, enregistrées par des drones, qui «meublent» l’antenne TV.

Même si pendant quelques temps elles sont appréciées, au fil des semaines elles peuvent être ressenties comme le chante Goldmann : comme un acte manqué !

 

Du côté du groupe M6 la matinale d’RTL 2 est déjà co diffusée sur W9, mais elle pâtit du même manque : la diffusion de clips n’est pas systématique : sans doute une question de droits de diffusion : pas de valeur ajoutée à l’image.

Quant à la grande généraliste, RTL, si l'émission de Julien Courbet co-diffusée sur M6 est pensée dès l'origine comme une émission de télévision,

ce n'est pas le cas de la matinale. Le grand studio où elle est réalisée a été repensé l’an dernier, mais il n’est décidément pas "TV compatible" !

C’est comme l’illustration du fait que l’équipe n’est pas mure pour accepter que l'une des émissions phare de la radio, pourtant déjà visible en streaming sur le web, soit aussi regardée en télé.

 

Tout ceci a en effet un impact sur les métiers, voire sur l’éditorial.

La transition vers le média global, à la co-diffusion radio - tv - web, a un coût, en termes d’équipements bien sûr, mais surtout aussi au niveau social.

Comme quoi ces questions de forme masquent souvent encore de réelles questions de fond.

 

e-crossmedia, le 8 novembre 2021.

Voir l'article

Audio de flux tradi ou Web radio ? 3ème saison d’une offre évènementielle de fin d’année. (le 07-11-2021)

Very Christmas Radio est une webradio qui renait chaque année à l’approche des fêtes de Noël.

Erick Cala, qui propose cette offre de radio d'accompagnement gratuite,  a pourtant choisi depuis 5 ans de se spécialiser dans les médias audios en ligne.

Co-fondateur à Strasbourg de "Fer2lance", une agence de création de podcasts journalistiques, il intervient aussi sur B2B Radio, un ensemble d'offres destinées, sur la toile,  aux professionnels du monde de l’entreprise.

 

Il produit également des chroniques consacrées à l'immobilier pour la nouvelle station nationale en DAB+, Air Zen.

Ses armes, il les a forgées durant une trentaine d'années  comme animateur puis responsable des programmes et formateur pour le réseau des radios locales de Radio France.

Donc : sur des médias de flux.

 

Affaire de cœur et de raison !

 

Il confie être toujours "de cœur" auditeur des radios traditionnelles, généralistes.

Mais "pour la raison", il est convaincu que l’audio doit toujours plus coller au mode de consommation des médias qui évolue, et que l'avenir se situe donc dans les podcasts ou les nouveaux formats qui prospèrent sur le web, via les réseaux sociaux.

 

Very Christmas Radio est donc un cadeau qu’il se fait, à lui-même comme à des dizaines de milliers d’auditeurs connectés en Europe, en Amérique du Nord comme du Sud, ou encore dans les territoires ultramarins.

 

Chaque mois de novembre et décembre il actualise donc une base de quelques 500 titres sur la thématique de Noël, qui tournent durant quelques 7 semaines.

Épaulé par toute une équipe d’amis, bénévoles,

il revient donc à ses premières amours du temps des radios traditionnelles :

la programmation musicale,  l’habillage d’antenne, la rythmique, les jeux via les réseaux sociaux, et même l’interactivité … 

Les auditeurs sont par exemple invités à enregistrer, simplement avec leur smartphone, des messages audios pour faire connaître leurs coups de coeur, leurs musiques ou chansons préférées sur la thématique de Noël.

 

Leurs interventions sont diffusées chaque quart d'heure.

Un concours du plus beau sapin dont les photos sont fièrement envoyés via les réseaux sociaux permet même de gagner des cadeaux !

Certaines grandes enseignes institutionnelles, comme RTL, mettent en ligne des offres du même type, mais ce ne sont que des flux musicaux : le média traditionnel se diversifie sur le web en proposant une programmation thématique.

 

Erick Cala adopte en quelques sortes la démarche inverse :

dorénavant adepte, professionnellement, des produits nativement digitaux comme les podcasts il revient lui, mais pour le plaisir, à ses fondamentaux, la radio de flux.

 

Le cœur a ses raisons que la raison ignore !  

 

Dès ce lundi : Very Christmas Radio

 

https://fr.radioking.com/radio/very-christmas-radio

 

e-crossmedia, le 7 novembre 2021.

Voir l'article